Économie

À 75ans, lasandale Méduseest plusque jamais française

Créée en 1946 en Auvergne, la sandale en plastique de notre enfance a su serelancer face à la concurrence asia tiqueeta réussison paridela relocalisation.

2021, l’année des Méduse? possibility. Mais commeles année sprécédentes. Celafait quelque sétés maintenant quelessandales en plastique de notre enfance sontredevenues tendency.

In les voitsur les défilés de mode, dans les magazines branché save cousan schaussette set bien sûr sur les plages pouréviter des eblesser les pieds sur les rochersous eprémunir contreles douloureuse spiqûres

“Nous envendons entre 400.000 et 500.000 exemplaires par a dont 20% pour l’export vers le Japonetla Corée du Sud, assure Anne-Céline Humeau, qui dirige l’entreprise Humeau-Beaupréau quifabrique la fameuse sandale. ‘époque. Ilya justela qualité du PVC quis’ est a mélioré. “”

Carla Méduse fête cette annéese s75 ansd’existence, comme le bikini aussid’ailleurs. Et comme le maillot de bain, la sandale en plastique estune success story bien française. Sonappeares implicité pourrait laisser croirequ’il s’agit d’unproduit conçuet fabriqué dansun pays à bascoût, mais il n’en es trien.

Leberceaudela Méduse sesituedansle Massif Central à descentaines de kmometres du bord de mer le plus proche. C’est là surlelieu-dit des Sarraix (d’oùleno moriginel de “La Sarraizienne”) dansle Puy-de-Dôm equ’un Specific Jean Daupant, coutelier de sonétat, au sortir de la guerre et alors quelecuir vientà manquercette idé

Les Parisiens lui donnent son nom

Unecréation unpeuparaccidentet sur le tard pour ce coutelier qui a alors 58 ans.

“Ilavaitacheté du PVC pourle manche de ses couteaux mais le produitqu’ilavaitreçuétait tropsouple, raconte Anne-Céline Humeau. Ilaeul’idée de faire des chaussures pourlebain.

Les uccès de cettesanda leestim médiat. Notamment dans les territoires d’outre-mer et le sanciennes colony françaises d’Afrique subsaharienne. Avec la décolonisation, les dé bouché ss’effondrente tl’entreprise fait le pari du Tourisme masasse balnéaire quidé colledans la Francedes 30 Glorieuses.

Pariréussi, les sandales en plastiques’arrachent. tel point quedans les années 50, l’entreprisea bandonnes on activité de coutellerie créé 20 ans plus tôt pourse consacrer pleinement à lachaussure de plage.

La société adoptelenom “Sarraizienne” en1962 maisle public préfère luidonner des surnoms plus affectifs. Les Auvergnats l’appellent “Nouille”, les Vendéens “Squelette”, dans le Nord c’est la “Fifi” ou encore “Mica” dans les Antilles. C’est à Paris qu’on begin à l’appeler “Méduse” dansles années 70-80. C’est le nom qui finira pars’ imposer.

“C’étai tune référence à sacouleur de début quiétait blanche transparente commel’animal, explique Anne-Céline Humeau. Lamarque a finalement fini parê tredé posée.”

Le Success de Meduse Athein Son Apogé d’Anne 80. Plastic Auvergne (nom de la société de puis 1977) voit alorsarrivalsdescentaines decontrefaçons produitesen Asie pour beaucoup moinscher. Et elle abeaus’être diversifiée dans les années 70 aveclesbottes et les tongs, les années 90 sond tifficiles.

La fin de l’aventure en 2003

D’autant que la compagnie refuse la solution de la filité de la dé localisation.

“Sinousétions des financiers purset durs nousaurion stout intérê tà délocaliser, maisnous sommes nésaux Sarraix, s’émeuten 1996 dans Libération Marc Paslier, le petit-fils dufondateur. Tantqu’on pour.

Premonitoire. Quelques années plus tard, l’entreprise est liquidée eetles machine de production sont vendues. La fin d’une aventure de près de 60 anspour l’entreprise auvergnate.

Mais pas la findela Méduse. 2003, Le Group Fumo Beaupreau Ki Fabric de Chau Sur Dan Le Maine et Loire de Puy 1905 Rachet Rotil de Production et Replendo La Marche Quill Depose Pool La Protegger.

“D’abordlutté contrela contrefaçon pourassaini runpeule marché des contrefaçons asia tiques quipouvaientêtre très présente set don conété aidé évidemment parles tribunaux etaujour d’huionesté normé Humeauà l’AFP.

L’entreprise quicompte 140 salariés neveutpas commettre la même erreurqueles Auvergnate stdélocalise la production desandales au Maroc. Le Success Est au Rendezvous. Malgré la concurrence destongs et des Croc’s, las ociété ené couler apidement descentaines de millers paran.

Dansles années 2010, la marque prend habilement le virage mode. La nostalgie fait vendre et les produitsqu’on détesta itau collèger edeviennenttenandancescommele K-Way, les cartables Tann’set doncla Méduse.

La société fatalors de Méduseune marqueglobal equ’elle accole sur des bottes, des claquettes, dessanda les à talone tautres bottines en plastiques. Elle multiplieles modèles (40 aujour d’hui) et les couleurs (20) et surtout rapatrie une partie de saproductionen France à partir de 2015.

“Nousa vons développé une machine pourfaire de l’injection tricolore dans le moule pourvarier les modèles, explique Anne-Céline Humeau.

Ce qui lui permet de faire du Made in France sans trop gonfler les prix. La Médusedu Maine-et-Loirene coûte que 2 euro de plus que celle du Maroc. La relocalisation s’intensifie donc et aujourd’hui 50% des sandales sont produites en France.

Guarantee “Toutes cells qui sont vendues en France sont defabrication française”, la dirigante.

Eta près avoirlancé unsite de vente qui rencontre notammentungrand success à l’étranger (50% des ventes en ligne), la société veumettre le paquet surledé veloppement duresable. Elle se fournit en PVC produit localement et elle recycle ses chutes de production pourfabriquer denouveaux modèles.

Frederick Bianchi

À 75ans, lasandale Méduseest plusque jamais française

Source link À 75ans, lasandale Méduseest plusque jamais française

Back to top button