Mode de vie

A Besançon, les propriétaires de bars prennent des photos d’intérimaires et exposent leurs portraits en ville.

Récemment, les panneaux d’affichage de Besançon ont vu fleurir d’autres formes de publicité.Visage noir et blanc effacé avec slogan “”Notre culture, notre avenir66 portraits d’artistes et d’acteurs culturels réalisés par Antonin Borie, propriétaire du Café L’Antonnoir – Je suis passionné de photographie lors de concerts.

“Il y a 66 visages de personnes du domaine culturel qui s’inquiètent de la situation, de la gestion de cette crise, du non-renouvellement de l’Année blanche, de la réforme de l’assurance-chômage, etc., ruinant de nombreux secteurs et les mettant dans la pauvreté. Les plus instables en”, Je vais expliquer le photographe.

Entre les deux espaces publicitaires, les visages d’artistes et d’acteurs culturels de Franche-Comté émergent de l’écran.Parmi eux, le chanteur Guillaume Aldebert, le programmeur européen de Belfort Chem, ou la chanteuse Maggie. Un ballon qui accepte de poser devant l’objectif d’Antonin Borry. Mais aussi d’autres personnages importants qui ont dû mettre fin au rideau après la crise.

Dans la vie précédente, Patrice Forsans dirigeait le bar Le Marulaz au centre-ville de Besançon. Et comme Antonin Borry, il a dû fermer son établissement. Cependant, les deux amis partagent la même passion pour la photographie. Ils ont donc décidé de ne pas être envahis par la culpabilité et de souligner ce qu’ils jugent essentiel. “Sans culture, nous ne pouvons pas faire cela, il était donc important de se tourner vers le travail tout ce qui concerne la culture.” Garantie Patrice Forsans.

À partir du 19 mai, les portraits de ces 66 artistes seront exposés au Studio Marlaz, l’ancien bar de Patrice, transformé en atelier de photographie. Un catalogue d’exposition de 66 portraits est également disponible gratuitement. “”Tous les bénéfices seront reversés au CIPFC “, Spécifiez l’antonimboly.

Singer Aldebert posant dans la série "Notre culture, notre avenir" Antonin Borry (France 3BFC)

Singer Aldebert posant dans la série "Notre culture, notre avenir" Antonin Borry (France 3BFC)

Si l’horaire de réouverture progressive du théâtre apaise certains esprits, il est loin de répondre aux questions et préoccupations du monde culturel. Malgré l’année blanche donnée par le ministère de la Culture en 2020 et l’extension intermittente des droits jusqu’au 31 août 2021, de nombreux artistes interprètes sont montés sur scène depuis plus d’un an. A Besançon, la coordination intermittente et volatile des travailleurs occupe le CDN depuis près de deux mois pour protéger son avenir et son statut. “Abandonnez, il y a beaucoup d’artistes qui livreront de la nourriture à vélo demain. Ils n’ont plus moyen de manger, donc il n’y aura aucune offre culturelle.” Avertissez Antonimbory, qui détaille plus précisément ses actions dans cet article de France 3 Bourgogne-Francheconte.

Actuellement, le ministère, en consultation avec les syndicats et les agences spécialisées, présente l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi intermittent, évalue la situation après le 31 août 2021 et propose des pistes d’ajustement pour cette analyse. Je travaille sur un rapport à faire . appareil.

66 portraits d’acteurs culturels dans l’exposition «Notre culture, notre avenir» sont à découvrir le 19 mai à la Maison Pool L’Image et la Photographie (anciennement Marlaz) à Besançon.

Affiche "Publicité" Pour sauver le monde de la culture exposée dans la ville de Besançon (Antonin Borry)

Affiche "Publicité" Pour sauver le monde de la culture exposée dans la ville de Besançon (Antonin Borry)

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1407895342825011’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

A Besançon, les propriétaires de bars prennent des photos d’intérimaires et exposent leurs portraits en ville.

Source link A Besançon, les propriétaires de bars prennent des photos d’intérimaires et exposent leurs portraits en ville.

Back to top button