Monde

Après 10 ans, il y a “une pollution chronique et permanente très grave pour la planète”, affirme le journaliste.

10 personnes après la mort de près de 20 000 personnes dans l’accident de Fukushima Daiichi. “Je ne peux pas vraiment dire que j’ai appris la leçon. “, Estimé, jeudi 11 mars, franceinfo Jean-Michel Jacquemin-Raffestin, journaliste, co-auteur avec Mickael Naveau Fukushima 10 ans plus tard, frissons et stupeur.. Dans leur livre, le journaliste a déclaré que FukushimaIl pollue le fond océanique de la planète. “ “C’est une pollution chronique et permanente, très grave pour la planète.”, Avertissement à Jean-Michel Jacquemin-Raffestin.

franceinfo: Avons-nous réagi à ce qui s’est passé à Fukushima et il y a longtemps à Tchernobyl?

Jean-Michel Jacquemin-Raffestin: Non, que ce soit Three Mile Island (1979) ou Tchernobyl (1986), nous ne pouvons pas vraiment tirer les leçons des accidents nucléaires passés. Mais je tiens à souligner qu’ils ne répondent toujours pas aujourd’hui. Il y a eu un grand tremblement de terre de 6,1 le 13 février. Le sismographe de Fukushima est en panne depuis juillet de l’année dernière et ne répond pas. Il a plu abondamment en juillet et n’a pas été réparé. Par conséquent, ils n’apprennent rien.

Votre livre cherche à mesurer le coût des catastrophes d’un point de vue sanitaire et environnemental. Est-il sous-estimé?

Oui, c’est un travail de six ans au Japon et dans d’autres pays, aux États-Unis, où tant de bébés souffrent d’hypothyroïdie en Californie, où le Cabernet Blanc en Californie est contaminé au césium.Il y a des traces de césium [déchet radioactif] De Fukushima. Découvert par Michael Plavikov, un scientifique français au Centre nucléaire de Bordeaux.

Fukushima pollue le fond océanique de la terre.

Jean-Michel Jacquemin-Raffestin

vers franceinfo

Les châtaigniers reviennent chaque année pendant trois ans, octobre et novembre. On dit que TEPCO rejette de l’eau polluée dans la mer. Cependant, il y a 10 ans, TEPCO a déversé de l’eau contaminée. Fin mai 2011, les poissons de Hong Kong à 3 000 km étaient déjà contaminés par du césium. Le thon pêché au large de la Californie est contaminé par du césium. C’est une pollution chronique, permanente et très grave de la terre.

Cette pollution constitue-t-elle un danger pour les humains vivant à proximité ou consommant ces produits?

Oui, bien sûr, les plus dangereuses sont les faibles doses, comme l’ont révélé de nombreux scientifiques. Mais quand les gens sont revenus pour y vivre, nous avons gratté la terre avec seulement deux pouces. Et nous avons renvoyé les gens chez eux et les enfants à l’école. Fukushima est un endroit avec de nombreuses forêts japonaises. La forêt n’a pas été exploitée. Dans la préfecture de Fukushima, 20 personnes peuvent nettoyer et le reste peut ne pas nettoyer du tout.

Des vents très forts de pluie, d’orages et de tsunamis déplacent les polluants et s’installent. Il est également contenu dans les aliments.

Jean-Michel Jacquemin-Raffestin

vers franceinfo

Par exemple, l’été dernier, il y avait une publicité sur le métro de Tokyo faisant la promotion du poisson de Fukushima. Début décembre de la semaine du 5 au 18 décembre, il y avait une publicité pour le bœuf de Fukushima dans le métro.

Les habitants de la région vont-ils payer pour cette catastrophe pendant des décennies?

Oui, beaucoup plus. 200 000 personnes ont été évacuées. Et depuis 2017, ils sont de retour car l’État a réduit les allocations pour les déplacer. Ils sont donc obligés de revenir. Mais ce n’est pas seulement Fukushima. J’entends souvent parler de Fukushima. C’est partout au Japon. Dans la préfecture de Fukushima, des recherches sur le cancer de la thyroïde chez les enfants sont en cours. Mais ça marche ailleurs. Il existe des associations de lutte contre la radioactivité acro et occidentale en France, et elles réalisent des réalisations remarquables au Japon. Elle a analysé des sacs d’aspirateur dans 12 maisons à 200 kilomètres de Fukushima. Et le sac est plus de 600 becquerels et radioactif.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1407895342825011’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Après 10 ans, il y a “une pollution chronique et permanente très grave pour la planète”, affirme le journaliste.

Source link Après 10 ans, il y a “une pollution chronique et permanente très grave pour la planète”, affirme le journaliste.

Back to top button