Santé

Au CHU de Nancy, la cinquième vague est déjà entrée en réanimation

Les malades du Covid occupent plus de la moitié des lits du Centre Hospitalier Régional Universitaire Brabois à Nancy. 80% d’entre eux ne sont pas vaccinés.

La machine maintiendra bientôt ce patient en vie pendant trois semaines. “Il est ventilé et sous Ecmo, une machine qui filtre le sang et l’oxygène et purifie le CO2”, explique Pierre Perez, médecin au CHU de Nancy, d’un ton sérieux. .. Ecmo est utilisé en dernier recours pour les dyspnées les plus sévères. Pour ce patient, le risque de décès est de 50 à 60 %.

Et ce n’est pas un cas isolé. Au CHRU Bravoa de Nancy, la cinquième vague de l’épidémie de Covid-19 met la pression sur les services de réanimation. Il n’y a plus de place disponible. Pour ne rien arranger, plus de la moitié des lits sont occupés par des patients Covid. Parmi eux, 80% ne sont pas vaccinés.

Profil du patient différent de la vague précédente

Les soignants remarqueront un profil radicalement différent des patients gravement malades par rapport aux vagues précédentes. Aujourd’hui, ils ont 45 ans en moyenne et presque tous sont obèses.

Cette particularité accentue la tension du service. Le retour d’un patient obèse nécessite 10 soignants dans un service qui ne compte que 15 personnes. “Quand on le pose, il y a une machine qui passe plus quand la circulation du tuyau est comprimée… c’est beaucoup plus compliqué et demande plus de vigilance, donc il faut être très vigilant”, explique Pierre Perez.

“Le personnel touche à sa fin, a beaucoup d’arrêts maladie, et a du mal à trouver assez de personnel pour transformer les patients… ce sont des patients qui ont besoin de plus de temps, donc du personnel. encore plus fort, je ne sais pas comment faire », déplore l’infirmière du CHRU Magary Mectov.

Actuellement, il existe deux services de réanimation à Nancy, le service de réanimation du CHRU Bravoa fonctionne donc normalement. En revanche, si la situation s’aggrave et que la cinquième vague s’intensifie, les soignants devraient envisager une déprogrammation.

Au CHU de Nancy, la cinquième vague est déjà entrée en réanimation

Source link Au CHU de Nancy, la cinquième vague est déjà entrée en réanimation

Back to top button