Monde

Billet week-end sciences.Entretien du sol pour une agriculture saine

Pique de terre. Une photo d’exemple. (VANESSA MEYER / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières et sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous habitez à proximité de zones polluées ?
Cliquez ici pour envoyer une alerte.

Environ 2 milliards d’hectares de la planète seraient dégradés, représentant 65% des terres cultivées. L’érosion des sols, l’acidification, l’activité humaine et le compactage constituent une grave menace pour notre sécurité alimentaire future. Il est urgent de prendre soin de notre sol.

>> Rapport du GIEC : Visualisez 30 ans de changement climatique avec 5 infographies

L’utilisation durable des sols nécessite, entre autres, une meilleure connaissance du territoire. Des outils techniques permettent de prélever des échantillons pour caractériser le sous-sol. Par conséquent, l’activité humaine peut être adaptée.

« Nous effectuons un échantillonnage manuel ou à la tarière de manière aléatoire ou régulée. Le haut de la pente, le centre de la pente, le bas de la pente, ou entre les rangs de cultures. La deuxième étape consiste en l’analyse de ces échantillons. X- les rayons sont utilisés pour identifier le type d’argile, et la luminosité spectrale infrarouge est utilisée pour identifier divers éléments du sol. Je voudrais souligner à Jean-Louis Janeau, chercheur à l’Institut du Développement (IRD). Ces analyses peuvent être réalisées par des groupes d’environnement agricole comme Auréa. Ce laboratoire de consultation mesure la proportion de biodiversité des sols en échantillonnant des espèces animales spécifiques qui habitent le sous-sol, telles que les vers de terre et les collemboles. Avec le développement du projet Agro-Eco Sol, Auréa a conseillé les producteurs et mis en place des méthodes innovantes d’échantillonnage et d’analyse pour protéger la biodiversité.

Il faut aussi réduire l’utilisation de pesticides pour éviter le surpâturage ou pratiquer la rotation des cultures pour laisser le temps au sol de se régénérer. « L’utilisation de ces pratiques culturelles n’est pas nouvelle. Les humains oublient que les jachères utilisées pendant des siècles ont introduit cette période de repos dans la régénération. Il y a une similitude évidente avec les humains. . Les gens qui ne dorment jamais sont épuisés. Pensez à Jean-Louis Janeau.

La technologie de séquestration du carbone terrestre devient de plus en plus attractive et a le potentiel de jouer un rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. “En compensant l’augmentation continue des émissions de carbone anthropiques, la fertilité des sols est améliorée. Cette pratique permet de limiter le changement climatique, mais réduit les émissions de gaz à effet de serre. Elle doit s’accompagner de nombreuses mesures telles que les gaz à effet de serre et les économies d’énergie. Pour guérir les gens, nous il faut soigner la nature.” important Jean-Louis Janod.

L’ambition de la France est de stocker 1,2 milliard de tonnes de carbone dans le sol. L’objectif que le groupe Auréa a mis au centre de ses activités dans le projet Carbo-Stock. Les recherches menées par le groupe permettront d’établir le potentiel de séquestration du carbone et de l’appliquer sur le terrain.

Ces initiatives sont soutenues par l’Agence de la maîtrise de l’énergie pour l’environnement (Ademe). « Se nourrir en imaginant une agriculture respectueuse de l’environnement est l’ambition globale du projet Aurea, que l’Adme souhaite soutenir. Il est possible d’optimiser les modes de culture pour une agriculture plus responsable. Confier Arnaud Leroy, président de l’Ademe.

Billet week-end sciences.Entretien du sol pour une agriculture saine

Source link Billet week-end sciences.Entretien du sol pour une agriculture saine

Back to top button