Auto

Carburant cher : comment y faire face ?

C’est l’actualité du jour interdisant toutes les premières pages du Parisien/France aujourd’hui : Les prix de l’essence ont de nouveau augmenté grâce au doublement du prix du baril de Brent depuis le début de l’année, désormais c’est plus de 70$.

Et c’est ainsi que les automobilistes se rendent compte désormais qu’ils paient actuellement en moyenne 1,56 € pour les litres de SP95 et 1,45 € pour les litres de diesel, une valeur d’avant crise sanitaire, ce que tout laisse à penser. La courbe va continuer à monter.

C’est plutôt une bonne nouvelle en soi (!) Car c’est un signe que l’économie mondiale repart. Rappelons qu’au printemps 2020, dans les premières semaines d’emprisonnement, les litres SP95 sont tombés à 1,25 euros et les litres de diesel à 1,19 euros. Avec un SP95 plein de 50 litres, la différence avec ce que vous voyez aujourd’hui était de 15 euros.

Aucune nostalgie n’est nécessaire. On ne retrouvera probablement plus jamais ces valeurs, et c’est plutôt l’emblématique barre de 2€ qui se rapproche de l’horizon. L’ancien patron de total Christophe de Margery pensait en 2011 que c’était inévitable : ” Vous devez vous attendre à ce que cela ne se produise pas trop tôt, sinon les résultats seront dramatiques » Et puis a prévenu le chef.

Mais c’est en train d’arriver. Cependant, la différence est que l’électrification des flottes de véhicules à cette époque n’était que fictive. À quelques exceptions près comme Toyota et sa Prius, peu de constructeurs misent sur les hybrides, et encore moins sur l’électricité.

La différence (bis) est que les Français sont de plus en plus séduits par ces modèles à motorisation électrique mixte essence, plus économes en carburant et donc moins chers à l’usage. Les véhicules hybrides ont représenté 25 % des immatriculations de véhicules neufs au cours des huit premiers mois de cette année, tandis que la part de 100 % des véhicules électriques est passée à 8 %.

La différence (ter) était de 0,7% au cours du trimestre de l’année précédente, contre 2,8% des ventes pour le modèle bicarburant (GPL/CNG).

Autrement dit, le profil du marché automobile évolue, les véhicules moins pollués et moins chers occupant une place de plus en plus importante.

Et ce qui est constaté comme neuf est transféré mécaniquement dans les 24 à 36 mois lorsque ces véhicules sont fournis sur le marché de l’occasion.

Ainsi, d’un point de vue environnemental, cette augmentation de carburant a l’avantage de favoriser le verdissement du parc automobile.

Injustice sociale

Cependant, tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir une voiture neuve ou d’occasion récente, et n’a pas forcément les transports en commun pour travailler à plus de 40km de chez soi. Et ce sont ces Français qui doivent supporter le coût de grosses factures avec la pompe.

Alors que la nourriture et l’énergie ont considérablement augmenté, dans le cadre des campagnes pré-présidentielles, les institutions publiques devront faire preuve de créativité pour contenir l’insatisfaction.

selon écho, Il est question de restituer un chèque énergie (6 millions de foyers) pour amortir l’augmentation des coûts du gaz et de l’électricité, et s’y ajoutera.” Réflexions sur les gestes fiscaux “.

On peut toujours rêver de réduire les taxes sur les carburants (équivalent à 60% du prix d’une pompe), mais sachant que c’est un plongeon équivalent au budget de l’Etat, les organismes publics peuvent-ils vraiment se le permettre ?

Au lieu de cela, nous pouvons nous attendre à ce que le système bonus de Mars reste inchangé l’année prochaine. Et alors que cette voiture 100% électrique continuera de bénéficier d’un bonus de 6 000 € (et non 5 000 € comme prévu), l’aide hybride rechargeable est désormais de 1 000 € et sera réduite à zéro en fin de journée. Un jour Ces mesures sont certes coûteuses (mais amorties par les taxes sur le pétrole, etc.), mais ont au moins le bénéfice d’une cohérence politique.

Carburant cher : comment y faire face ?

Source link Carburant cher : comment y faire face ?

Back to top button