Santé

Ce que dit la recherche scientifique sur la troisième dose de vaccin

Par conséquent, le gouvernement a pris cette décision. Pour faire face aux menaces croissantes que représente le Covid-19, nous avons choisi d’étendre la campagne de rappel de vaccins à l’ensemble de la population et de réduire l’intervalle entre les doses. Comme le soulignait BFMTV.com ce jeudi, le choix de suivre les voix d’experts et d’aller dans le sens des recherches scientifiques publiées ces dernières semaines.

Conseil Santé et Défense de mercredi, pourparlers d’organisation politique, et voici les décisions prises ce jeudi. Alors que l’épidémie de Covid-19 monte en flèche dans le pays, le gouvernement a choisi de prolonger la campagne de rappel de vaccins, lancée le 1er septembre, entre les personnes âgées et les plus vulnérables.

Cette fois-ci, au lieu des 6 mois observés jusqu’à présent, 5 mois après la deuxième injection, il est rappelé à tous les adultes que la “troisième” dose (les immunodéficients dépassent ce nombre).Vous pourrez accéder au devis).

Si le remords de l’exécutif prend inévitablement en compte l’état de l’opinion publique et que l’arbitrage politique intervient dans ce processus, cela suit les conclusions de la littérature scientifique, notamment sur l’avis des experts et le sujet traité. Des études ont montré à la fois l’efficacité réduite de deux injections sur plusieurs mois et les bénéfices médicaux représentés par l’administration de doses supplémentaires.

• Au fil du temps, l’efficacité de la deuxième dose diminue.

Les autorités – la politique comme la santé – continuent de le dire. Certes, le vaccin est le meilleur brise-lames contre le Covid-19, mais deux doses ne suffisent pas à le protéger plus de quelques mois. Son effet diminue avec le temps. Par conséquent, ceux qui refusent de se rappeler risquent d’éroder leur protection contre la tragédie. Les affirmations peuvent sembler abstraites ou même obligatoires. C’est tellement. Ainsi, deux études scientifiques récentes viennent d’établir ce phénomène et fournissent des chiffres à l’appui.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Oxford entre décembre 2020 et août de l’année dernière sur environ 700 000 patients a mesuré une association diminuée entre deux doses de Pfizer et d’AstraZeneca (l’Université d’Oxford a coopéré au deuxième développement de la variante delta de Covid-19.

Les scientifiques ont d’abord remarqué qu’un mois après la deuxième injection de Pfizer/BioNTech, certains individus étaient protégés à 90 % du mutant. Deux mois plus tard, il était encore à 85 %. Et cette chute lente mais implacable se poursuit par la suite. Après un intervalle de trois mois, l’efficacité de Pfizer tombe à 78%.

Pour AstraZeneca, les orbites sont moins impressionnantes, mais similaires. Un mois après la deuxième dose, les produits suédois et britanniques offrent 67% de protection contre Delta. Il est encore de 65% en 2 mois et 61% en fin de trimestre, après quoi les statistiques seront ajoutées à la courbe pfizérien.

Des chercheurs de l’Université de Californie, George Mason, ont également adopté une approche différenciée à long terme de six mois, en fonction des trois vaccins approuvés aux États-Unis (Pfizer, Modana et Johnson & Johnson en injections uniques).Leurs conclusions ont été publiées dans un magazine professionnel le 4 novembre. Chimie, Et encore plus éloquent.

Nourris par les retours d’un panel de 800 000 vétérans militaires américains doublement vaccinés, ils soutiennent la date de péremption d’un ou deux vaccins.

Ainsi, si le groupe recevant la deuxième injection de Moderna en mars bénéficiait d’une protection efficace à 89 % contre le virus, il semble qu’elle soit tombée à 58 % fin septembre. Pour les vaccins Pfizer/BioNTech, la baisse est encore plus prononcée. En fait, en mars, son efficacité a été mesurée à 87%. 45% après 6 mois.

Enfin, les doses uniques de Johnson & Johnson ne peuvent pas résister aux défis du temps. Ce laps de temps de 6 mois est suffisant pour réduire l’efficacité face au Covid-19 de 86 % à l’origine à… 13 %.

• Protection renforcée : les doses de rappel ont déjà fait leurs preuves

C’est donc compris : au fil des mois, le vaccin perd de son efficacité. Mais qu’apportent les rappels ? Est-ce efficace ?

Étude israélienne publiée le 29 octobre Lancette, Insiste pour soutenir la vertu de la troisième dose. Pour ce faire, les scientifiques du Clarit Institute, soutenus par la Harvard Medical School, ont dressé deux groupes en nombre égal, chacun composé de 728 321 patients.

Dans le premier panel, ceux qui ont été vaccinés avec 3 doses (suivi d’une semaine), dans le deuxième panel, 2 doses (et ont reçu une deuxième dose il y a au moins 5 mois). Ensuite, les auteurs d’une étude menée entre le 30 juillet 2020 et le 23 septembre 2021 ont filtré les résultats par trois tamis : hospitalisations, cas graves, et décès de chacun. .. Le panorama obtenu est définitif selon ces trois critères.

Au terme de cette période, le premier groupe comptait 29 hospitalisations, tandis que l’autre groupe comptait 231 hospitalisations, avec une efficacité de 93 %. Si les bénéficiaires de la dose de rappel n’ont enregistré que 17 cas graves de Covid-19 en rang, l’efficacité mesurée ici était de 92% et la double vaccination déplorait 157. Il est donc de 81 % contre 44 dans les autres panels.

• Rappel : effet immédiat

Selon les scientifiques, les campagnes de rappel ont des avantages ultimes. La protection qu’il procure est optimisée très rapidement. Il s’agit en tout cas d’une confirmation récente des autorités sanitaires de notre pays. La deuxième dose complète généralement l’accumulation en 2 semaines, mais l’effet de la troisième dose se produit presque instantanément.

Ce mercredi, sur notre plateau, le consultant de BFMTV Alain Ducardonnet sur les questions de santé a développé : .. Et le 17 novembre, Jean-François del Freysey, président du Conseil scientifique, assurait à LCI :

Robin Brûleur journaliste de BFMTV

Ce que dit la recherche scientifique sur la troisième dose de vaccin

Source link Ce que dit la recherche scientifique sur la troisième dose de vaccin

Back to top button