France

ce qui est contenu dans le texte adopté définitivement

Les 14 sénateurs et députés réunis en commission paritaire ont enregistré leur accord en début de soirée, après près de quatre heures de réunion, avec toutefois des évolutions notables.

Les députés et les sénateurs sont finalement parvenus à un compromis. Ce dimanche soir, les parlementaires ont voté le projet de loi régissant l’extension du forfait santé en France, à partir de début août.

Les 14 sénateurs et députés réunis en commission paritaire ont enregistré leur accord en début de soirée, après près de quatre heures de réunion, avec toutefois des évolutions notables.

> Pas de licenciement en cas de non-respect de l’obligation de vaccination

Le texte voté ce dimanche soir ne prévoit finalement pas de licenciement pour les personnes qui ne respectent pas l’obligation de vaccination ou le pass sanitaire en raison de leur profession. C’était l’un des symboles pointés par les opposants au projet de loi sur la santé. Les parlementaires se contentent d’inclure dans le texte final une suspension du salaire.

« Le Covid est temporaire, les licenciements sont définitifs », a fait valoir le rapporteur LR au Sénat Philippe Bas.

Cependant, le ministère du Travail a regretté la suppression de la disposition sur un éventuel licenciement. Selon lui, cela se traduira par une moindre protection pour les salariés car après la suspension du contrat de travail, une procédure disciplinaire pourra être engagée sans le délai de deux mois initialement prévu et sans garantie d’indemnité de départ pour le salarié.

> Le pass santé pour les 12-17 ans uniquement à partir de septembre

C’est l’une des mesures qui a suscité de nombreuses inquiétudes chez les parents. Enfin, la commission paritaire a suivi l’Assemblée nationale, afin de rendre l’obligation du pass sanitaire aux mineurs 12-17 ans uniquement à partir du 30 septembre. Une date limite pour laisser aux familles volontaires le temps de vacciner leurs enfants durant l’été, ou à la début de l’année scolaire.

> Un pass santé jusqu’au 15 novembre

Au-delà du 15 novembre, le système du pass santé ne pourra perdurer qu’avec un nouveau vote du Parlement. Une date de consensus donc, puisqu’à l’origine, l’exécutif, tout comme l’Assemblée nationale souhaitait la prolonger jusqu’au 31 décembre. Sénateurs Les Républicains penchaient pour le 31 octobre.

> (presque) pas de pass santé dans les centres commerciaux

Au final, il n’y aura pas de pass dans les centres commerciaux, mais uniquement pour les restaurants qui s’y trouvent. Cependant, un amendement gouvernemental de dernière minute, habilitant les préfets de manière très structurée à imposer le pass sanitaire pour certains centres commerciaux, a été validé.

> Contrôles assurés par l’Assurance Maladie

Comme le souhaitaient les sénateurs, c’est l’Assurance maladie qui contrôlera dans un premier temps l’isolement obligatoire pour les personnes contaminées par le Covid, avant une intervention de la police si nécessaire.

“On ne pouvait pas traiter les Français de délinquants”, selon le sénateur Hervé Marseille (Union centriste).

ce qui est contenu dans le texte adopté définitivement

Source link ce qui est contenu dans le texte adopté définitivement

Back to top button