Monde

Des milliers de manifestants protestent contre les sanctions de la CEDEAO au Mali

date de sortie:

Des milliers de Maris ont manifesté vendredi contre la proclamation des sanctions de la CEDEAO pour punir les troupes qui ont reporté les élections et les transitions de plusieurs années. Dans le même temps, le colonel Assimi Goita, chef du régime militaire, examinait le “plan de réponse d’urgence” du gouvernement contre les sanctions ouest-africaines.

A l’appel de la junte, les Maris ont organisé vendredi 14 janvier une manifestation à grande échelle à Bamako et dans tout le pays contre les sanctions ouest-africaines et la pression internationale incessante, ont indiqué des correspondants de l’AFP.

Des milliers de manifestants, parés de couleurs nationales vertes, jaunes et rouges, se sont rassemblés sur la place de l’Indépendance de la capitale pour prier chaque semaine pour un après-midi de mobilisation organisée par l’armée.

Certains manifestants ont passé la nuit sur le boulevard desservant ce hotspot pour les manifestants maliens.

Un grand nombre de personnes se sont également rassemblées à Tombouctou sur la place Sankoré devant la mosquée, ont indiqué à l’AFP plusieurs habitants de Tombouctou.

Des images publiées sur les réseaux sociaux montrent une foule de personnes marchant derrière le drapeau dans la rue de Kadiolo, qui jouxte la Côte d’Ivoire. Une scène similaire à Bougouni, également dans le sud.

Marian, interrogé par un correspondant de l’AFP, a déclaré qu’il était sorti dans la rue pour protéger le pays, pas pour soutenir la junte.

Assimi Goita et le “plan de réponse” du gouvernement militaire

Dans le même temps, le colonel Assimi Goita, chef de la junte et président par intérim, a examiné le “plan de risque” du gouvernement pour des sanctions en Afrique de l’Ouest, a indiqué son service sur Facebook. Le plan comporte plusieurs éléments diplomatiques ou économiques et n’est pas détaillé.

“Le but de ce plan n’est pas d’être en position de bras de fer. [avec les organisations ouest-africaines, et le Mali reste] Acceptez le dialogue », disent-ils.

Le gouvernement malien a appelé lundi à “une mobilisation générale de l’ensemble du territoire”, au lendemain des mesures de rétorsion “extrêmes” prises par l’organisation ouest-africaine CEDEAO.

Le colonel Goita a pris ses fonctions de chef du Mali lors du premier coup d’État en août 2020, et à partir de la deuxième fois en mai 2021, est devenu président « de transition », exhortant les Maris à « se défendre ». [leur] Pays”.

Le Mali est déjà plongé dans une grave crise sécuritaire et politique depuis le déclenchement de l’indépendance et de la rébellion djihadiste en 2012, mais fait face à de sévères sanctions de la CEDEAO depuis dimanche. Ils ont puni les projets de l’armée de continuer à gouverner pendant plusieurs années et, en février 2022, ont révoqué sa promesse d’organiser des élections pour ramener les civils à la tête du pays.

La fermeture de la frontière de la CEDEAO, l’interdiction du commerce (hors produits de première nécessité) et des transactions financières, et le gel des avoirs du Mali dans les banques en Afrique de l’Ouest mettent en danger les économies des pays les plus pauvres du monde face à la violence. les ports du Sénégal et de la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest.

>> A lire aussi sur France24.com : Au Mali, “la France paie le prix de cette ambiguïté”.

Les compagnies ouest-africaines et Air France ont suspendu leurs vols vers Bamako. Le pays risque de s’étouffer en raison du manque de liquidités. Le Mali n’a pas pu mener d’opérations sur les marchés financiers régionaux mercredi. “Nous sommes séparés du reste du monde”, a déclaré Kako Nubuppo, commissaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemore).

Les sanctions ont déclenché un concert d’accusations au Mali. La CEDEAO est un outil des puissances étrangères et a été accusée de séparer les clubs de dirigeants obsolètes de la population.

Activités des Nations Unies

Le gouvernement militaire est entouré par la souveraineté nationale. Elle a demandé cinq ans de plus. Elle a déclaré que les deux tiers sont actuellement incapables de convoquer des bureaux de vote en raison de troubles persistants dans des zones échappant au contrôle des autorités. Selon elle, elle veut du temps pour mener des réformes indispensables et organiser des élections incontestables.

Au Mali, aucune voix importante ne s’est faite pour approuver la CEDEAO. En revanche, des voix s’élèvent pour réclamer la reprise des pourparlers avec la CEDEAO, préoccupées par l’isolement international du Mali.

Le colonel Goita lui a assuré qu’il resterait « ouvert au dialogue avec la CEDEAO ».

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé jeudi le gouvernement malien à un calendrier électoral “acceptable”, rappelant que la CEDEAO pourrait progressivement lever les sanctions.

Les partenaires du Mali, aussi importants que la France et les Etats-Unis, ont soutenu les sanctions ouest-africaines. Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, a déclaré jeudi que l’Union européenne prendra des mesures “sur la même politique” que la CEDEAO.

Pour l’instant, je ne sais pas comment sortir de la crise. Le secrétaire général de l’ONU a déclaré qu’il travaillait avec la CEDEAO et l’Union africaine pour créer les conditions permettant à la junte de revenir à une position “raisonnable et acceptable”.

Utiliser l’AFP

Des milliers de manifestants protestent contre les sanctions de la CEDEAO au Mali

Source link Des milliers de manifestants protestent contre les sanctions de la CEDEAO au Mali

Back to top button