France

Emmanuel Macron reconnaît la “dette” de l’Etat

Publié le 28/07/2021 16:35

Mettre à jour le 28/07/2021 17:58

Durée de la vidéo : 2 minutes

France 2
Article écrit par

S. Cimino, J. Wittenbeg, S. Guillemot, L. Crouzillac, E. Berthelot, Polynésie 1er, V. Hon -France 2

France Télévisions

“La France a une dette envers la Polynésie.” C’est une déclaration d’Emmanuel Macron, qui termine sa visite dans la région. Le chef de l’Etat évoque les essais nucléaires effectués entre 1966 et 1993 dans le Pacifique.

Sur la route du cortège officiel, des manifestants défendent les victimes des essais nucléaires en Polynésie. Le Président de la République décide alors de les rencontrer le mardi 27 juillet. L’Association 193 a deux revendications : “nous vous demandons d’assumer, comme l’a proclamé haut et fort votre ministre de l’Outre-mer, ce que l’Etat a fait à ce peuple polynésien, donc pardon et soutien”, explique Léna Normand, vice-présidente de l’association.

Quelques heures plus tard, à Papeete, le pardon ne sera pas au programme. Emmanuel Macron assume le passé des essais nucléaires et les choix du général De Gaulle dans les années 1960. Il parle de dette. « Je veux vous dire ici que la nation a une dette envers la Polynésie française. Pendant trop longtemps, l’État a préféré garder le silence sur ce passé, ces 30 années d’explosions successives. J’assume, et je veux de la vérité et de la transparence », a déclaré Emmanuel Macron. Entre 1966 et 1996, 193 essais nucléaires ont eu lieu en Polynésie.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1407895342825011’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Emmanuel Macron reconnaît la “dette” de l’Etat

Source link Emmanuel Macron reconnaît la “dette” de l’Etat

Back to top button