Mode de vie

Empire de la série. Histoire de la comédie. “Homme, femme” et Jean Dujardin.

Jean Dujardin et Alexandra Lamy (MAXPPP), héros du film “homme, femme” de France 2

On connaissait une courte série de dessins animés en France : Shadoks 1968, Deschiens Chez Canal + en 1993. Mais en 1999, les hommes et les filles ont lancé une courte sitcom française de mode avant et après le journal. Coup de maître dévoilant deux comédiens, Chouchou et Loulou, dits aussi Jean Dujardin et Alexandra Lamy. Comme toute bonne sitcom, on suit les déboires romantiques d’un couple. Jean a 32 ans, aime les voitures et les amis, déteste cuisiner et rendre visite à sa belle-mère. Alexandra aime discuter, est ouvertement jalouse, aime tomber amoureuse, faire du shopping et lire des magazines.

Garçons et filles Une série québécoise sur divers points de vue sur la vie des couples dans la quarantaine. Dans la version française, le personnage est rajeuni. Ils ont 30 ans. Mais nous gardons tout le reste : caméra unique, cadre fixe, plans séquences, aucun montage, éclairage, décors naturels.

Chaque épisode a été tourné dans un cadre unique, comme un lit, un grand magasin, une cuisine, une salle de bain… aucun rire n’a été enregistré. L’important c’est le rythme. Vous devez faire rire les gens après une minute. 100 scénaristes sont embauchés pour insuffler l’air du temps et réaliser 12 mini sketches par jour. Nous utilisons le langage courant. France 2 reçoit une lettre de réclamation selon laquelle la série est aussi sale.

Débordé, José Garcia s’est d’abord approché et a décliné le rôle de l’homme. La productrice Isabelle Camus appelle une amie du Café Théâtre de Jean Dujardin et l’associe à la comédienne Alexandra Lamy. Ce sera un vol de carrière de deux acteurs.Et décollage d’une courte série de dessins animés : arrivera bientôt Caméra de café, Scène de mariage Et Instructions aux parents

Empire de la série. Histoire de la comédie. “Homme, femme” et Jean Dujardin.

Source link Empire de la série. Histoire de la comédie. “Homme, femme” et Jean Dujardin.

Back to top button