Monde

En Libye, une rencontre pour renforcer la transition vers les élections

date de sortie:

Alors que le pays tourne la page d’une décennie de troubles, la « Conférence de soutien à la stabilité de la Libye » se tiendra jeudi à Tripoli en présence de nombreux représentants étrangers pour intégrer le processus de transition.

Tripoli tiendra jeudi 21 octobre une “Réunion de soutien à la stabilité de la Libye”, avec la présence de nombreux représentants étrangers pour intégrer le processus de transition, à deux mois de l’élection présidentielle, qui est importante pour l’avenir du pays hôte.

Selon Tripoli, la vice-secrétaire générale de l’ONU Rosemary Dicarlo et le chef de la mission libyenne de l’ONU, Jan Kubis, participeront à la “conférence internationale”.

Jean-Yves Le Drian, chef de la diplomatie française, a annoncé mercredi qu’il serait également présent.

Des représentants d’Italie, d’Egypte, d’Arabie saoudite, de Turquie, du Qatar, d’Algérie, de Tunisie, du Tchad et du Soudan seront également présents, selon la presse libyenne Lana.

La Libye tente d’échapper à la crise politique majeure qui perdure depuis la chute de la précédente administration de Mouammar Kadhafi en 2011.

Après des années de conflit armé et de division est-ouest, un nouveau gouvernement intérimaire a été nommé en début d’année sous l’égide des Nations unies, le conduisant à l’importante élection présidentielle prévue le 24 décembre. A été fait pour échapper au conflit international. ..

>> À lire : Libye : le retour de Kadhafi au pouvoir, une simple question de temps ?

“la souveraineté”

La réunion a confirmé la ministre libyenne des Affaires étrangères Najra al-Mangosh dans le but de “mobiliser le soutien nécessaire de manière transparente et impartiale” en vue de l’élection.

Pour la communauté internationale, la priorité est de tenir ce scrutin définitif, mais il est entouré d’incertitudes dues à de fortes dissensions internes.

L’un des enjeux est d’« utiliser la dynamique actuelle pour voir la Libye se stabiliser, car certains pays sont effectivement stables en Libye, même si c’est leur propre condition. Je veux la voir. », Basé à Genève, Décryptage Genève, AFP Emadeddin Badi , expert en initiatives mondiales.

Un autre enjeu est « d’investir des capitaux dans le processus de Berlin (Conférence internationale sur la paix en Libye, NDLR). Une partie de la raison d’être de cette conférence est qu’elle est une version libyenne du processus de Berlin. », poursuit-il. ..

Le conflit libyen a été alimenté principalement par des forces extérieures, mais Tripoli veut également « souligner la nécessité de respecter la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Libye » à travers la conférence, a déclaré Najlaal-Mangush.

>> À lire : Révolution libyenne : « La situation est bien pire qu’elle ne l’était il y a 10 ans »

“Une commande”

Par conséquent, la conférence aborde le problème désagréable des mercenaires. En décembre dernier, les Nations Unies ont signalé que la Libye comptait environ 20 000 mercenaires et combattants étrangers. Groupes privés Wagner, Tchad, Soudan, Syriens Russes…

Selon Tripoli, quelques écarts “très modestes” ont été relevés depuis lors. Début octobre, les délégations militaires de deux camps libyens rivaux se sont mis d’accord sur un “plan d’action global” de retrait sans présenter de calendrier.

Selon le ministre libyen des Affaires étrangères, “la présence de mercenaires, de combattants et de troupes étrangères constitue une menace non seulement pour la Libye, mais pour la région dans son ensemble”.

Un autre point de débat est d’unir l’armée « sous un commandement unique ». Théoriquement, si le pays dispose d’un pouvoir unifié, la région orientale de la Cyrénaïque est effectivement dominée par le maréchal Khalifa Haftar, susceptible d’être candidat à la présidentielle.

Dans la partie ouest du pays, Najlaal-Mangoush a déclaré que l’un des défis majeurs était “le démantèlement et l’intégration d’éléments armés qui ne sont pas impliqués dans le terrorisme ou les activités criminelles”.

Utiliser l’AFP

En Libye, une rencontre pour renforcer la transition vers les élections

Source link En Libye, une rencontre pour renforcer la transition vers les élections

Back to top button