Mode de vie

Gérard Depardieu, Jean-Pierre Darsan et Catherine Frot rouvrent les plaies de la guerre d’Algérie

Luca Belvaux (Pas son genre) Adapté du roman de Laurent Movinier Masculin (Les Éditions de Minuit) Trois comédiens s’harmonisent avec des œuvres ambitieuses. La guerre d’Algérie vue à travers le prisme de la mémoire refoulée : La guerre de deux survivants 40 ans plus tard a un secret, un mystère, et un traumatisme effacé qui apparaît en surface. Mercredi 2 juin, le drame a reculé à l’écran.

L’alcoolique Bernard, dit Hoo de Bois (Gérard Depardieu), offre à sa sœur Solange (Catherine Flot) un bijou irremplaçable lors d’une fête organisée dans le village à l’occasion de ses 60 ans. .. Ce cadeau de “Trump” fait douter de son origine et provoque la bataille, mais Radu (Jean-Pierre Darsin) était avec un soldat de Fou de Bois en Algérie il y a 40 ans.Je me souviens de ces jours. Incapable de se rappeler exactement le lien entre les deux événements, Radu suit le fil de sa vie.

Cet oubli fait référence à “l’événement d’Algérie”, un voile jeté par l’Etat français contre la guerre dont le nom doit être éradiqué (1954-1962). De retour au village, Radu a décrit la guerre. Je l’ai effacé de ma mémoire et trouvé ma place dans la communauté. Bernard n’en parlait plus, mais il s’est effondré et a vécu à la frontière, surnommée le Feu de Bois.Silencieux, Radu ne communique plus avec les gens qui l’entourent. Les deux souffrent toujours de conflits à leurs manières respectives. L’origine de ce silence est le but de ce film.

La composition explosive de l’histoire rappelle celle d’un documentaire d’animation Bacil et danse, Par Ari Folman (2008), un ancien soldat des Forces de défense israéliennes a caché la guerre au Liban et a vécu il y a 20 ans. L’oubli, les pertes de mémoire des horreurs de l’état de guerre sont communs aux deux films. Cette mémoire effacée est reconstruite dans le processus de retour en arrière menant à la révélation. A partir du cadeau fascinant et romantique que Hoo de Bois fait à sa sœur, Luca Belvaux réalise un film politique sur la guerre.

Certains des soldats français en Algérie "Masculin" De Luca Belvaux (2020). (SYNECLOCHE 6 ARTEMIS PRODUCTIONS PHOTOGRAPHE DAVID KOSKAS)

S’il s’agissait d’une guerre en Algérie, contrairement au Liban, au Vietnam ou à la guerre mondiale, elle n’était pas nommée à cette époque. Le signe le plus évident qui donne au film tout son sens et évite l’un ou l’autre combat. La guerre est accusée de manipuler la conscience, d’éradiquer les individus au profit de la nation. Lucas Belvaux a privilégié l’histoire à la forme et a disparu pour mieux blâmer la grande histoire qui fait voler en éclats la petite histoire.

Affiche "Masculin" De Luca Belvaux (2020). (Advaita)

Affiche "Masculin" De Luca Belvaux (2020). (Advaita)

taper :Drame
réalisateur : Luca Belvo
Acteur :: Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre d’Arlesin, Joan Zimmer
Pays : Belgique / France
Durée :: 1 heure 41 minutes
sortir : 2 juin 2021
Distributeur :: Ad Vitam

Avertissement : Des scènes, des mots ou des images peuvent heurter la sensibilité du public.

Synopsis ::
Ils se sont réunis en Algérie lors de « l’incident » de 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Lovet, Febrary et d’autres rentrent en France. Ils ont vécu leur vie en silence. Mais parfois, vous pouvez obtenir un anniversaire ou un cadeau qui tient dans votre poche presque sans besoin. 40 ans plus tard, le passé apparaît soudainement dans la vie de ceux qui pensaient pouvoir le nier.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1407895342825011’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Gérard Depardieu, Jean-Pierre Darsan et Catherine Frot rouvrent les plaies de la guerre d’Algérie

Source link Gérard Depardieu, Jean-Pierre Darsan et Catherine Frot rouvrent les plaies de la guerre d’Algérie

Back to top button