Des sports

Grand Prix de France : « Ça n’a pas été facile de prendre la décision de partir une semaine, assure Eric Boullier.

Le 14 mai, la F1 a officiellement annoncé l’annulation du Grand Prix d’Istanbul et, par extension, reporté le Grand Prix de France au Castellet (Var) une semaine plus tôt que prévu (18-20 juin). Une réorganisation urgente qui n’a pas été facile pour Eric Boullier, directeur général du Grand Prix de France.Il suit l’évolution de cette décision qu’il prétend avoir prise “D’un commun accord” Avec le promoteur F1.

Franceinfo Sport : La Formule 1 a annoncé le 14 mai que le Grand Prix de France avait une semaine d’avance sur le calendrier. Qu’est-ce qui a changé pour vous en termes d’organisation ?

Eric Boullier : Sur un événement comme le Grand Prix de France de F1, il y a beaucoup à faire car il y a 2 500 personnes qui y travaillent chaque semaine de course. Réorganisation, replanification, et tout d’abord, nous devions informer le public dès que cela était confirmé.

Sur le site du Grand Prix, vous écrivez : “Cette décision tardive de la F1 est hors de notre contrôle” et “Nous partageons votre déception et votre frustration”. Avez-vous enduré cette décision en Formule 1 ?

Non, je suis un peu surpris que cela soit écrit sur le site, j’aimerais donc modérer les commentaires. Je ne suis pas en charge du calendrier, je suis promoteur commercial de la F1. Il y a débat à partir du moment où ils ont un besoin de changement. La date proposée était incompatible avec le Grand Prix de F1 au Castellet. VSN’est-ce pas une décisionCe n’était pas facile à prendre Mais D’un commun accord, nous avons convenu d’avancer la date d’une semaine afin que la F1 puisse ajouter le grand prix au calendrier. L’équipe devait logiquement pouvoir sécuriser ces quatre Grands Prix en cinq semaines.

Craigniez-vous de ne pas pouvoir accueillir le public lors de la discussion ?

C’est mon premier point, et c’est le point de ma première discussion sur le changement de dates. Avant de penser à moi, j’ai d’abord pensé au public, et à toutes les conséquences pour ceux qui ont apparemment déjà fait des réservations.

Savez-vous déjà combien de personnes ont demandé un remboursement de billet pour ce changement de date ?

Oui, nous avons une visibilité totale car nous avons été très sensibles à alerter le public le plus tôt possible. Environ 18% des spectateurs ont demandé un remboursement et n’ont pas pu assister la semaine précédente. À la fin de ce processus, nous avons rouvert notre billetterie et rempli presque tout.

Eric Boullier est un ancien team manager de F1 (FREDERIC LE FLOC H / DPPI MEDIA via AFP)

Alors, le Grand Prix de France se disputera-t-il devant 15 000 spectateurs répartis en trois zones fermées de 5 000 ?

C’est exact. Je suis sûr que c’est presque complet les dimanches et samedis, et vendredi est juste au coin de la rue.

« Il fallait avancer le plus possible tout en minimisant les dommages collatéraux. »

Eric Boullier

Vers franceinfo : Sports

Ce report aura-t-il un impact économique sur le Grand Prix de France ?

Avant le Grand Prix, vous me demandez qu’il est un peu tôt pour en parler. Je pense que cela a certainement un très faible impact par rapport aux annulations par rapport au report d’engagements envers les fournisseurs de services et autres. Mais ce n’est pas grand et peut avoir des conséquences graves.

Romain Grosjean devait faire un essai de démonstration sur le circuit Paul Ricard chez Mercedes en 2019, mais ce week-end ce ne sera pas possible. Es-tu déçu?

C’était un événement que je préparais avec Romain (Grosjean).ça aurait été super Le voir rouler devant les Français. Malheureusement, nous devons nous en occuper. C’est un goût particulier pour les pilotes de F1, surtout pour Romaine, qui a arrêté sa carrière l’an dernier. On ne sait jamais, peut-être qu’on pourra refaire quelque chose avec lui dans le futur. Il court en Amérique… mais peut aussi offrir beaucoup de divertissements au public que l’on pourrait entretenir. Malgré les contraintes sanitaires, je pense pouvoir réussir à faire un grand Grand Prix.

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1407895342825011’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Grand Prix de France : « Ça n’a pas été facile de prendre la décision de partir une semaine, assure Eric Boullier.

Source link Grand Prix de France : « Ça n’a pas été facile de prendre la décision de partir une semaine, assure Eric Boullier.

Back to top button