France

Guerre d’Algérie. Une loi pour réparer “la tragédie harkie” en débat

“L’honneur des harkis doit être gravé dans la mémoire nationale”, a lancé Emmanuel Macron le 20 septembre à l’Elysée. Il a promis de “faire un nouveau pas” vers la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat dans les souffrances de ces anciens combattants aux côtés de l’armée française pendant la guerre d’Algérie (1954-1962). Jusqu’à 200 000 Algériens ont été recrutés pendant le conflit. La traduction législative de ces promesses arrive ce jeudi à l’Assemblée nationale : les députés examinent un projet de loi pour demander « pardon » à ces Algériens qui ont combattu aux côtés de l’armée française avant de débarquer en France métropolitaine dans des « conditions indignes ».

Un projet de loi alterne mesures symboliques et mesures plus concrètes. Les conditions d’accueil des quelque 90 000 Harkis en France après la signature des accords d’Evian le 18 mars 1962, sont au cœur de ce texte. « Près de la moitié d’entre eux ont été relégués dans des camps et des hameaux de bûcherons », a déclaré leAFP la ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants, Geneviève Darrieussecq.

6 000 cas d’ici 2022

« La France reconnaît sa responsabilité en raison de l’indignité des conditions d’accueil et de vie sur son territoire […] personnes rapatriées d’Algérie », est-il ainsi écrit dans le texte. Le projet de loi prévoit la réparation de ces dommages par le versement d’une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures, entre le 20 mars 1962 et le 31 décembre 1975. « Son montant est réputé couvrir l’ensemble des frais. dommages de toute nature subis du fait de ce séjour, est-il précisé. Il en est déduit les sommes déjà perçues en réparation des mêmes chefs de dommages. ” Ce montant n’est pas non plus imposable.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les trackers.

En cliquant sur ” J’accepte “, les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser le contenu .

En cliquant sur “J’accepte tous les traceurs”, vous autorisez les dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix


Le gouvernement veut mettre en place une « commission nationale pour la reconnaissance et la réparation des préjugés » au sein de l’Office national des anciens combattants. Il devra notamment se prononcer sur les demandes de paiement qui lui seront adressées. « Nous estimons que 6 000 dossiers pourraient être clos d’ici 2022 », indique à laAFP Patricia Mirallès, rapporteur du projet. Celui-ci contient également des mesures de soutien aux veuves d’anciens combattants.

En 2018, un « plan Harkis » a déjà débloqué 40 millions d’euros sur quatre ans pour revaloriser notamment les retraites des anciens combattants et aider leurs descendants en précarité. Un plan jugé insuffisant par les principaux intervenants. Cette fois, une enveloppe de 50 millions a été intégrée dans le projet de loi de finances 2022, actuellement en cours d’examen par les parlementaires. L’un des avenants du gouvernement à ce projet évalue le coût maximum de ce droit à indemnisation à 302 millions d’euros sur plusieurs années.

Consensus acide

La gauche devrait voter pour ce texte. Si le député socialiste David Habib raille “l’approche cyclique du président-candidat” Macron, il souligne “la nécessité d’apporter une réponse à nos concitoyens Harkis, adaptée aux souffrances qui ont été les leurs”. De même, Alexis Corbière, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, regrette des mesures à “géométrie variable” et capables de raviver les blessures entre harkis, mais son groupe ne s’opposera pas à un “texte qui marque, d’un point de vue historique, un pas en avant “.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les trackers.

En cliquant sur ” J’accepte “, les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser le contenu .

En cliquant sur “J’accepte tous les traceurs”, vous autorisez les dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix


La droite est moins encline à soutenir l’initiative du président. « Macron est dans une stratégie offensive pour arroser des catégories qui peuvent contribuer à sa réélection », peste un député LR à laAFP. Marine Le Pen dénonce la « générosité électorale d’Emmanuel Macron ». Ces partis courtisent traditionnellement l’électorat harki. Jacques Chirac, par exemple, est devenu en 1999 le premier président à parler de la guerre d’Algérie (et non plus d’événements), puis de reconnaître une « dette » envers ces hommes et leurs familles.

Guerre d’Algérie. Une loi pour réparer “la tragédie harkie” en débat

Source link Guerre d’Algérie. Une loi pour réparer “la tragédie harkie” en débat

Back to top button