Monde

INFOFRANCE INFO.Le bruit français coûte 156 milliards d’euros par an

Selon une étude publiée par l’Ademe (Agence de transition écologique) et le Conseil national du bruit jeudi 22 juillet, le coût social du bruit s’élève à 155,7 milliards d’euros par an, révélé en exclusivité par franceinfo. Le transport routier coûte à lui seul la moitié du coût total.

Cette étude visait à évaluer les coûts du bruit des coûts médicaux à court et à long terme, des maladies professionnelles à la perte d’espérance de vie, ainsi que l’impact économique plus large de la dépréciation des actifs, des pertes de vie et de la perte de productivité. .. En 2018, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé que le bruit était le deuxième facteur environnemental le plus dommageable en Europe, juste derrière la pollution. Un Européen sur cinq est exposé de façon chronique à des niveaux sonores nocifs.

Sans surprise, les sondages montrent que le bruit des transports est le plus cher de France, avec 106,4 milliards d’euros annuels, 68,4 % des dépenses totales dues aux nuisances sonores, et le rugissement du trafic routier représente la moitié des dépenses totales. Deuxièmement, il y a la gêne pour le quartier (bruit généré par les activités professionnelles comme le chantier ainsi que le quartier et un bar près de chez vous), qui coûte 26,3 milliards d’euros par an en France. Enfin, les nuisances sonores en milieu de travail coûtent 21 milliards d’euros par an à l’ensemble de la société française.

Selon l’enquête, les coûts du bruit en France ont presque triplé en cinq ans, soit une augmentation de 98,3 milliards d’euros par rapport à la première enquête menée par l’Ademe en 2016. Ceci est principalement dû à la reconnaissance des nouveaux effets du bruit sur la santé (obésité, hypertension, santé mentale, diabète) et à l’intégration de nuisances jusque-là inconsidérées telles que le bruit des chantiers et des hôpitaux.

Enfin, les auteurs de l’étude s’interrogent sur le rapport coût-bénéfice des dépenses visant à réduire le bruit, estimant qu’investir dans une meilleure protection des Français contre les nuisances sonores peut in fine réduire les coûts sociaux. Le bruit global de la France. Nous préconisons notamment de ralentir les autoroutes, de développer des ZFE (Zones à Basses Emissions), d’améliorer la qualité acoustique des bâtiments scolaires et d’appliquer la charte « Sites à faibles interférences ».

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1407895342825011’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

INFOFRANCE INFO.Le bruit français coûte 156 milliards d’euros par an

Source link INFOFRANCE INFO.Le bruit français coûte 156 milliards d’euros par an

Back to top button