Intervention de Catherine Colonna au Center for Strategic and International Studies (Washington D.C., 21.10.22)

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Bonjour à tous. C’est un plaisir de retrouver Washington après une longue absence et de revoir tous ceux que j’ai rencontrés ici. Je suis ravie d’être des vôtres aujourd’hui. Comme vous le savez, c’est ici que j’ai commencé ma carrière, quand j’étais toute jeune diplomate. Évidemment, les choses ont bien changé : j’ai quarante ans de plus et mon accent ne s’est pas amélioré, loin de là. On m’a aussi assuré que la cuisine locale s’était bonifiée, mais j’aimerais m’en rendre compte par moi-même !

Certaines choses, pourtant, demeurent : nous nous trouvons, comme à l’époque, face à une confrontation stratégique. Nous en avons récemment fait l’expérience tragique : les missiles russes et les drones iraniens s’abattent sans discrimination sur les villes ukrainiennes, et nous devons de nouveau faire face à une puissance impériale dont l’agression met en péril tant l’Europe que la sécurité internationale.

Une fois de plus, nous devons, en tant qu’alliés, être plus unis que jamais face à la crise. C’est d’autant plus vrai pour la France et les États-Unis, qui sont alliés fidèles depuis si longtemps. Il est temps de réaffirmer ce que signifie notre alliance et les principes sur lesquels elle se fonde.

Je remercie chaleureusement à cet égard le Centre d’études stratégiques et internationales de nous offrir cette occasion unique de discuter de la situation des relations transatlantiques.

En Europe, en Asie, au Proche-Orient ou en Afrique, nous sommes tous plongés dans une période de crise profonde, d’une ampleur presque sans précédent.

Depuis huit mois, l’Europe fait face à une recrudescence des tensions géopolitiques. Depuis le 24 février dernier, la Russie se livre, sans avoir été provoquée, à une brutale agression militaire illégale et injustifiée. Cette date marque le début d’une nouvelle ère de guerre sur le continent, que l’Europe n’avait plus connue depuis la Seconde Guerre mondiale.

La guerre à laquelle se livre la Russie viole la souveraineté de l’Ukraine. C’est un fait. Elle met en péril la sécurité et la stabilité de l’Europe et de tout le continent européen. Cela aussi, c’est un fait. Mais les enjeux vont bien au-delà de l’Ukraine et de l’Europe.

La guerre du président Poutine menace la sécurité alimentaire et énergétique dans le monde entier. Elle bafoue les principes fondamentaux de l’ordre multilatéral, que la France et les États-Unis sont déterminés à défendre en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies : la souveraineté, l’intégrité territoriale, la non-agression et le règlement pacifique des différends.

Si les actes de la Russie restent impunis, les guerres de conquête pourraient devenir la norme dans les relations internationales. Tous ceux qui, dans le monde entier, sont tentés de recourir à l’agression, à l’invasion et aux crimes de masse à des fins d’expansion territoriale pourraient voir cela comme un encouragement.

Nous ne pouvons pas le tolérer.

Comme l’a souligné le président de la République il y a quelques semaines à New York, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, nous devons lutter contre un retour brutal « à l’âge des impérialismes et des colonies ».

Au-delà de l’Ukraine, les crises se sont multipliées dans le monde entier. La menace terroriste est toujours présente au Levant et au Sahel. Les ambitions nucléaires et le comportement agressif de l’Iran à l’échelle régionale contribuent à l’instabilité au Proche-Orient et mettent en péril le régime de non-prolifération nucléaire. La Russie utilise le groupe Wagner pour accroître son influence en Afrique, notamment en République centrafricaine ou au Mali, en y exploitant des ressources et en se rendant coupable de graves violations des droits de l’Homme. Et des États, mais également des acteurs non étatiques, ont recours à la désinformation et utilisent désormais le cyberespace comme une arme.

La concurrence stratégique est devenue plus féroce que jamais dans la région indopacifique, car l’attitude de la Chine s’affirme de plus en plus, allant parfois jusqu’à l’agressivité, comme les récents événements dans le détroit de Taïwan l’ont montré.

Depuis des dizaines d’années, tous les gouvernements américains, qu’ils soient démocrates ou républicains, ont demandé à l’Europe d’endosser plus de responsabilités sur la scène internationale, notamment s’agissant de sa propre sécurité, et d’assumer une part accrue du fardeau. Cela a souvent été résumé en un chiffre, l’objectif de 2 % de l’OTAN.

En tant qu’Européens, nous sommes disposés à prendre nos responsabilités, et nous en avons la capacité et la volonté. Ces dernières années, en particulier dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’Union européenne s’est efforcée de devenir un partenaire toujours plus fiable pour les États-Unis.

L’Europe a dû faire face à plusieurs crises existentielles ces dix dernières années. Elle aurait pu s’effondrer. D’aucuns auraient aimé le voir, d’ailleurs. Mais ce ne fut pas le cas. Au lieu de cela, l’Europe a réalisé des progrès considérables sur le plan économique, en faisant face à la crise financière de 2008.

Elle a survécu au Brexit, que beaucoup interprétaient comme le début de la fin de l’unité européenne. Elle a fait preuve d’une solidarité et d’une efficacité sans précédent durant la pandémie de COVID-19. Elle a réagi avec une unité, une rapidité et une détermination impressionnantes à l’agression militaire de l’Ukraine par la Russie.

En cette matinée fatidique du 24 février, le président Poutine n’a pas seulement commis une erreur stratégique en ce qui concerne l’Ukraine et le peuple ukrainien, dont j’ai pu observer la résistance et le courage lors de mes trois visites ministérielles à Kiev. Il a également commis une erreur de calcul stratégique en ce qui concerne l’Europe.

La Russie pensait que l’Europe détournerait le regard, qu’elle serait faible et divisée. Il s’est produit exactement le contraire, à la grande surprise de ceux qui ne croyaient pas en l’UE : nous faisons front commun, avec détermination et ténacité, contre l’impérialisme russe.

Nous avons agi énergiquement et rapidement. Moins de quarante-huit heures après le début de l’invasion de l’Ukraine par des forces russes, l’Union européenne, dont le Conseil était alors, vous vous en souviendrez, sous présidence française, a adopté des sanctions draconiennes que nous n’avons eu de cesse de renforcer depuis.

Ses vingt-sept États membres ont déjà adopté huit vastes paquets de sanctions. Ce lundi même, il y a quatre jours, avec mes homologues européens et Dmytro Kouleba, qui s’entretenait avec nous depuis un bunker alors que des drones iraniens semaient la mort et la destruction, nous avons commencé à travailler sur un neuvième paquet de sanctions ; nous avons alors décidé de sanctionner les personnes et les entités iraniennes responsables du transfert de ces drones en Russie. Ces sanctions ont été adoptées en un temps record et, de fait, elles entrent en vigueur aujourd’hui même.

Ces sanctions visent, en étroite coordination avec les États-Unis et nos autres partenaires du G7, les responsables de l’invasion et des crimes abominables commis en Ukraine. Elles frappent durement l’effort de guerre du Kremlin en étouffant des secteurs stratégiques de l’économie russe dans leur ensemble, tels que les industries automobile, aérospatiale, sans oublier la défense. L’accès russe à des technologies et biens essentiels, notamment les semi-conducteurs, a été gravement compromis, quand il n’a pas été totalement coupé. Et ce n’est qu’un début.

Nous nous tenons aux côtés de nos partenaires ukrainiens et nous les soutiendrons aussi longtemps qu’il le faudra. Depuis le début de la guerre, l’Europe a mobilisé plus de 22 milliards d’euros pour fournir une aide économique, humanitaire, macroéconomique, diplomatique, et bien évidemment militaire, sans parler des 17 milliards d’euros du budget de l’UE débloqués pour soutenir dix millions de réfugiés, ces dix millions de réfugiés ukrainiens accueillis par les pays de l’UE.

Nous avons réuni plus de 3 milliards d’euros dans le cadre de la Facilité européenne pour la paix pour renforcer les capacités des forces armées ukrainiennes. À ce soutien de l’UE s’ajoutent les efforts bilatéraux considérables déployés par tous ses États membres, tant dans le domaine de l’armement et du matériel non létal que du renseignement et de la formation.

L’UE a également lancé lundi une mission d’assistance militaire qui nous permettra d’entraîner plus de 15 000 soldats ukrainiens, dont 2 000 en France, sur le sol européen.

Nous fournissons également à l’Ukraine une aide économique et financière. Nous avons réuni plus de 9 milliards d’euros ; les deux tiers ont déjà été décaissés, notamment cette semaine avec le versement de 2 millions supplémentaires.

L’Europe a également accueilli 10 millions de réfugiés ukrainiens et a consacré des centaines de millions d’euros à l’aide humanitaire. Il y a quelques semaines, la France a envoyé un bateau avec à son bord plus de mille tonnes d’aide humanitaire.

Nous tenons nos engagements sans frémir. L’Europe accepte de payer le prix de cette guerre et de travailler avec les États-Unis pour en atténuer les conséquences économiques. Nous devons convaincre nos concitoyens, dans l’UE et aux États-Unis, que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour relever ce défi, y compris dans l’intérêt de nos pays.

Ces progrès décisifs sont le produit de circonstances funestes, mais ils sont également le signe de certaines tendances plus vastes.

Tout d’abord, la défense européenne prend forme.

En seulement un semestre, l’Union européenne est parvenue, au mépris du danger, à avancer vers l’inconnu. Au sommet de Versailles en mars, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE ont adopté un programme ambitieux visant à renforcer la souveraineté européenne en matière d’économie et de sécurité.

Cela implique de garantir notre indépendance énergétique à l’égard de la Russie en réduisant nos importations de pétrole et de gaz. Il nous faut ensuite mobiliser notre politique industrielle pour sécuriser nos chaînes d’approvisionnement en composants stratégiques et réduire notre dépendance excessive à l’égard de fournisseurs extérieurs tels que la Chine. Enfin, nous devons adopter un nouveau programme d’investissements européens en matière de défense ainsi qu’une approche commune face aux menaces que nous affrontons dans le cadre de la Boussole stratégique.

J’aimerais à présent vous dire quelques mots sur la relation entre l’UE et l’OTAN. On pense souvent qu’une défense européenne autonome affaiblirait l’OTAN. C’est une erreur. Elle n’est pas nouvelle, je l’entendais déjà lorsque j’étais en poste ici. Permettez-moi de vous dire que rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Rien. Nous l’avons dit clairement en juin, lors du sommet de l’OTAN à Madrid, nous l’avions déjà dit lors d’autres sommets de l’OTAN, et répété en mars au sommet de Versailles : la défense européenne autonome n’est pas seulement compatible avec l’OTAN, elle en est complémentaire.

L’OTAN est la pierre angulaire de notre défense collective, et elle le restera. Renforcer l’OTAN bénéficie à l’Europe, de même que renforcer l’Europe bénéficie à l’OTAN.

Comme vous le savez, la France contribue de manière substantielle au renforcement de l’OTAN en Europe de l’Est. Elle y contribue en ce moment même : nous sommes nation-cadre en Roumanie, avec un déploiement qui atteindra bientôt le niveau brigade ; nous sommes présents en Estonie, où je me rendrai d’ailleurs lundi ; et nous prenons part à des missions de police du ciel dans les pays baltes.

Tout en renforçant sa contribution au dispositif militaire de l’OTAN, la France a défendu une politique de sécurité et de défense commune ambitieuse au niveau européen au cours de sa présidence du Conseil de l’UE au premier semestre 2022.

Mais une deuxième tendance prend également forme : nous sommes en train de bâtir une communauté politique qui transcende les limites de l’Union européenne. Le 9 mai dernier, le président de la République a exprimé son ambition de réunir tout le continent sous un même toit, pour ainsi dire. Six mois plus tard, le 9 octobre, la Communauté politique européenne organisait son premier sommet à Prague sous présidence tchèque.

Quarante-quatre chefs d’État et de gouvernement y étaient présents, y compris la première ministre britannique, ce qui est un signe fort. Au-delà d’une démonstration d’unité, la Communauté politique européenne a un but stratégique : renforcer notre résilience commune par des projets de coopération concrets, et j’insiste sur ce dernier terme, notamment dans les domaines de la protection des infrastructures essentielles, de la lutte contre la cybercriminalité, de l’approvisionnement énergétique et de la mobilité, entre autres choses.

Enfin, et ce sera là mon troisième et dernier point, l’UE raisonne et agit désormais au niveau mondial. En Afrique, la France et l’UE sont déterminées à promouvoir un partenariat renouvelé, avec une augmentation considérable de notre aide au développement.

L’aide que fournit la France à l’Afrique a ainsi doublé, je dis bien doublé, entre 2017 et 2022. Notre aide publique au développement atteindra un niveau historique cette année, avec 14,8 milliards d’euros.

J’aimerais à présent évoquer brièvement un autre domaine où nous devons agir ensemble : il s’agit de la région indopacifique, où se joue sans nul doute une grande partie de notre avenir stratégique, économique, démographique et environnemental.

Lors de ma visite officielle en Inde le mois dernier, j’ai été on ne peut plus claire sur nos objectifs. En tant que nation résidente tant de l’océan Indien que de l’océan Pacifique, la France est déterminée à défendre la « liberté de souveraineté » dans la région. Pour parler sans ambages, on ne peut guère parler de choix lorsqu’il n’y a qu’une seule proposition, à savoir celle de la Chine et son lot de conditions.

L’adoption par la France de sa stratégie pour la région indopacifique date de 2018. Et nous avons joué un rôle majeur dans l’adoption en 2021 de la stratégie de l’UE pour la coopération dans la région indopacifique.

Notre ambition, comme je viens de vous le dire, est de proposer à la région un autre modèle de coopération qui promeuve le multilatéralisme, qui garantisse l’état de droit, qui défende un environnement ouvert et juste pour le commerce ainsi que la connectivité et la transition écologique.

Il est maintenant temps d’obtenir des résultats concrets. L’UE, dans le cadre notamment de sa stratégie « Global Gateway », propose des projets d’infrastructures dans des domaines clefs comme la santé, le transport et l’internet. En matière de défense et de sécurité, les Européens renforcent, individuellement et collectivement, leur présence opérationnelle et approfondissent leurs partenariats avec les pays affinitaires, de l’ouest de l’océan Indien jusqu’au Pacifique.

Mesdames et Messieurs,

Il ne fait aucun doute que la relation transatlantique a connu ses hauts et ses bas, nous en sommes tous conscients. Mais en vérité, l’alliance qui unie la France et les États-Unis ne saurait être remise en question. C’est un fait, car notre histoire commune, le lien hors du commun qui existe entre nos peuples, nos valeurs et nos intérêts stratégiques la rendent incontestable.

Après avoir étudié en détail la nouvelle stratégie nationale de sécurité que l’administration Biden vient de publier la semaine dernière, et alors que la France est également en train d’élaborer la sienne, je suis frappée par la convergence de nos analyses.

Tout comme les États-Unis, nous considérons que nous sommes passés de l’ère de la concurrence à celle d’une confrontation géopolitique croissante entre des puissances dont l’ambition est de transformer l’ordre international. Tout comme les États-Unis, nous reconnaissons qu’il est urgent de moderniser notre dispositif militaire pour faire face à ce nouvel environnement stratégique mais aussi de miser sur la diplomatie et de nous pencher sur les problématiques mondiales nécessitant davantage de coopération internationale.

Et tout comme les États-Unis, nous voyons le besoin urgent de soutenir les partenariats fondés sur les valeurs et de renforcer le multilatéralisme afin de préserver nos biens communs.

Il y a de cela presque soixante ans, le 22 octobre 1962, le général de Gaulle a reçu Dean Acheson qui venait présenter les preuves de la présence de rampes de lancement de missiles soviétiques à Cuba. La réaction de De Gaulle est entrée dans les annales : sans même regarder les photographies, il lui a assuré que les États-Unis pouvaient compter sur la solidarité indéfectible de leur allié français face à la menace soviétique.

Certes, il n’est parfois pas chose aisée d’être allié avec la France en raison de sa totale franchise, mais c’est une alliée apte et volontaire, disposant d’une pleine capacité militaire qui a fait ses preuves et d’une culture stratégique qui nous a toujours permis d’assumer nos responsabilités. C’est cela que je suis venue vous dire aujourd’hui. La France est votre alliée et votre amie, tout comme l’Europe.

Notre alliance doit reposer sur la solidarité, la transparence et le respect de la parole donnée, sur la prévisibilité et la confiance.

Pour autant, nous pouvons et nous devons aller plus loin, en nous appuyant sur l’élan impulsé par les présidents Biden et Macron à Rome en octobre dernier. Nous avons besoin l’un de l’autre, et nous devons être en mesure de nous faire confiance mutuellement. Dans ce contexte, je pense que c’est un signal très positif que la prochaine visite d’État d’Emmanuel Macron soit la première organisée par le président Biden depuis sa prise de fonction, et c’est un réel honneur pour la France.

La France est déterminée à continuer d’approfondir la coopération dans les domaines stratégiques tels que le spatial, l’énergie, les technologies numériques et leur régulation, et ce main dans la main avec les États-Unis. Nous nous efforcerons de le faire de manière bilatérale, mais aussi en soutenant le Conseil du commerce et des technologies.

Bien que nous soyons partenaires, il nous arrivera de nous retrouver concurrents dans certains domaines : c’est tout à fait normal et, dans ce cas, il nous faudra trouver un moyen de réguler cette concurrence. Il s’agit de la meilleure façon de préserver les intérêts stratégiques que nous partageons à long terme.

À cet égard, je crois qu’il est important que nos collègues et amis à Washington soient conscients de certaines questions et inquiétudes qui peuvent être soulevées. Certaines idées entérinées dans la loi américaine sur la réduction de l’inflation pourraient, de notre point de vue, bousculer le rapport d’égalité entre les acteurs américains et européens, engendrant ainsi un risque de divergence de nos intérêts économiques. Nous devons veiller à ce que cela ne se produise pas.

Permettez-moi de conclure avec quelques mots sur l’Ukraine. Nous nous engageons à maintenir l’unité et la solidarité qui ont prévalu entre les alliés depuis le déclenchement de la guerre. Les valeurs démocratiques que nous partageons des deux côtés de l’Atlantique sont assiégées. Les actes hostiles de propagande, de désinformation, et tout bonnement de mensonges dirigés contre nous se sont multipliés.

Ces attaques virtuelles n’ont qu’un seul objectif : nous affaiblir et mettre en péril ce que nous défendons afin d’imposer d’autres modèles prétendument valables, qui sont en réalité antidémocratiques et autoritaires par nature, et souvent soutenus par des forces révisionnistes.

Et nous sommes aussi déterminés à prévenir une potentielle fracture avec les pays du Sud, que le Kremlin est bien trop enclin à susciter par sa propagande.

À cet égard, nos efforts diplomatiques conjoints sont fructueux. La Russie est isolée sur la scène internationale et n’est plus soutenue que par des pays tels que la Corée du Nord, la Syrie et d’autres régimes de ce type, ce que le dernier vote de l’Assemblée générale des Nations Unies a clairement montré il y a peu.

Nous devons consolider ces nouveaux partenariats pour relever les défis mondiaux auxquels nous faisons tous face.

Dérèglement climatique, santé mondiale, approvisionnement alimentaire, protection de la biodiversité : il s’agit non seulement de préserver des biens communs, mais aussi de redéfinir les frontières d’une sécurité, d’une stabilité et d’une prospérité mondiales. Ce sont les nouvelles frontières de notre humanité, au sein desquelles nous partageons tous des intérêts communs.

Nous avons besoin d’ouverture pour démontrer que le système multilatéral est l’outil le plus efficace pour régler les différends, produire des règles contraignantes justes et garantir la stabilité et le développement pour tous. Cela implique que nous devons aussi être lucides quant à la manière dont nous perçoivent parfois nos partenaires du Sud, si vous me permettez de terminer là-dessus.

Indubitablement, nous faisons face à des enjeux considérables. Je suis convaincue que notre partenariat revêt plus que jamais une importance cruciale, qui ne fera que s’accentuer dans les années à venir.

Je vous remercie de votre attention.

Plus d’informations sur le déplacement de Catherine Colonna à Washington, États-Unis, du 20 au 21 octobre 2022.



https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/etats-unis/evenements/article/intervention-de-catherine-colonna-au-center-for-strategic-and-international?xtor=RSS-1 Intervention de Catherine Colonna au Center for Strategic and International Studies (Washington D.C., 21.10.22)

↑
Exit mobile version