Technologie

Jean-Michel Blanker et les smartphones de quatre autres ministres espionnés

Cinq ministres et diplomates français ont vu des smartphones infectés par le logiciel Pegasus, qui peut collecter toutes les données sensibles des téléphones portables.

Selon le site français Mediapart, au moins cinq téléphones de ministres et diplomates français à l’Elysée ont été infectés par le logiciel espion Pegasus, ont confirmé vendredi à l’AFP deux sources proches du dossier.

Une fois placé sur votre appareil, Pegasus peut collecter de nombreuses informations sensibles, notamment des photos, des vidéos, un historique de géolocalisation, ainsi que des informations cryptées, à commencer par une liste d’appels, de SMS et de messagerie.

Selon Mediapart, le téléphone a été infecté en 2019 et 2020 et présentait des marqueurs d’infection par des logiciels espions vendus par la société israélienne NSO lors d’un examen par les services de sécurité français.

Les ministres concernés sont Jean-Michel Blankel (éducation), Jacqueline Gourne (cohésion territoriale, dépendant du ministère de l’Intérieur), Julien Denormandie (agriculture depuis juillet 2020, anciennement ville et logement), Emmanuelle Wargon () Anciennement logement, migration d’écosystème ). , Sébastien Lecornu (outre-mer).

Sondage publié cet été

Il est également préoccupé par le fait que les diplomates du bureau diplomatique de l’Elysée coopèrent avec le président Emmanuel Macron sur les affaires internationales.

La source officielle sollicitée par l’AFP n’a pas commenté cette information. Cependant, deux sources proches du dossier qui ont requis l’anonymat ont confirmé l’authenticité de cette information à l’AFP.

“Mon téléphone faisait partie des enquêtes de l’Agence de sécurité des systèmes d’information. Je ne suis pas encore revenu de l’enquête, donc je ne peux rien confirmer à ce stade”, a-t-il commenté sur le site du journal L.avis M. Wagon a dit qu’il avait changé de téléphone.

“La ministre n’est pas une administratrice secrète d’Etat, donc je ne vois pas l’utilité de l’entendre”, a déclaré son cabinet à l’AFP.

Selon une enquête publiée le 18 juillet par un consortium de 17 médias internationaux, le logiciel Pegasus conçu par la société israélienne NSO Group compte au moins 180 journalistes, 600 politiciens et hommes politiques, et 85 militants des droits de l’homme, 65 militants ou chefs d’entreprise de différents pays.

Ce travail de journalisme s’appuie sur une liste de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016, acquise par l’organisation Forbidden Stories et Amnesty International. Plusieurs plaintes ont été déposées en France par ceux qui se disent victimes du logiciel.

Le Maroc a notamment été accusé d’avoir utilisé un logiciel que Rabat a démenti, a évoqué des « allégations faussement infondées » et a lancé plusieurs procédures en France, en Espagne et en Allemagne.

Jean-Michel Blanker et les smartphones de quatre autres ministres espionnés

Source link Jean-Michel Blanker et les smartphones de quatre autres ministres espionnés

Back to top button