Santé

La pandémie a explosé une attaque contre les scientifiques

Selon une étude publiée par la revue La natureLes chercheurs s’exprimant dans les médias sont de plus en plus la cible de menaces et de harcèlement depuis le déclenchement de la crise sanitaire.

Marc Vann Ranst est un virologue belge exerçant à l’Université catholique de Louvain. En mai dernier, lui et sa famille ont été placés en garde à vue dans un foyer sécurisé. Les scientifiques ont été la cible du tireur d’élite et sympathisant de super-droite en fuite Jurgen Connings, et ont fait l’objet d’une enquête par la police. Bonne raison : Sa présence dans les médias pour parler de la pandémie de Covid-19.

Même si ce cas est extrême, il n’est pas séparé. Anthony Fauci, immunologiste américain et visage de la lutte contre le Covid-19 aux États-Unis, s’est vu assigner une garde personnelle après avoir été menacé de meurtre contre lui et sa famille.

La natureMercredi, une revue scientifique d’origine britannique a publié une enquête auprès de plus de 300 scientifiques qui se sont exprimés sur le sujet du Covid-19 dans les médias ou les réseaux sociaux. Les deux tiers des répondants ont rapporté des expériences négatives suite à ces émergences.

Menace de mort

Les enquêtes ont révélé une variété d’attaques, de menaces, de harcèlement ou d’abus de scientifiques. Depuis le début de la pandémie, 22% des personnes interrogées ont été menacées de violences physiques ou sexuelles. Pour beaucoup, leur adresse personnelle est révélée en ligne. Quinze pour cent d’entre eux ont également affirmé avoir été menacés de meurtre.

Les attaques sur les réseaux sociaux, les messages et les appels téléphoniques menaçants ne sont pas toujours nouveaux pour les scientifiques. Des sujets tels que le changement climatique et les vaccins ont provoqué des attaques dans le passé. Mais même des chercheurs qui étaient déjà dans les médias avant la pandémie disent que le Covid-19 a provoqué un autre phénomène : plus malveillant et plus récurrent.

Vaccination, port de masques, hydroxychloroquine et autres traitements potentiels, origine du virus… De nombreux sujets autour du Covid-19 ont donné lieu à des attaques contre des scientifiques et des professionnels.

Un effet dissuasif

Même si les chercheurs essaient d’ignorer ces abus, ils peuvent avoir un effet dissuasif sur la communication scientifique.Enquête La nature Indique que les scientifiques ciblés par l’attaque sont les plus susceptibles d’avoir une forte influence sur leur volonté de parler aux médias.

En effet, 40 % déclarent avoir vécu une détresse émotionnelle ou psychologique après avoir commenté les médias et les réseaux sociaux. Effet dissuasif qui peut poser problème en période de désinformation.

Étapes à effectuer

Face à cette situation alarmante, les scientifiques recommandent plusieurs étapes. La nature Il souligne l’importance de la formation des chercheurs appelés à s’exprimer dans les médias et donc à risque. Deuxièmement, avec les abus fréquents sur les médias sociaux, ce rapport soulève des questions de longue date sur la responsabilité de ce que les entreprises de médias sociaux disent sur leurs plateformes.

En France, les experts dans ce domaine alertent également. En septembre, lors d’une réunion présidée par Jérôme Marty, président de l’Union médicale française libre (UFML), il a mis le doigt sur l’inaction du pouvoir face à la situation. Les professionnels de la santé et les scientifiques de première ligne du groupe #StopMenaces appellent l’État à les protéger des menaces auxquelles ils sont exposés.

« Les violences orales ou physiques doivent être sanctionnées. Au-delà du relais, ce qui me choque, c’est l’immunité dont jouissent ceux qui enflamment Hughes. Elle jette le doute sur le langage scientifique et rend les gens méfiants. Face aux négligences de la justice. Nous sommes obligés de porter plainte. , mais on peut y passer la journée et la nuit…” Carine Lacume, infectiologue à l’hôpital Saint Antoine. Déploré.

Les femmes particulièrement ciblées

“Si vous êtes une femme ou une race de couleur appartenant à un groupe marginalisé, les abus seront probablement plus toxiques et cibleront ces caractéristiques personnelles”, a-t-il déclaré. La nature..

Une découverte partagée par de nombreux scientifiques depuis le début de la pandémie. En décembre 2020, trois femmes médecins, dont Karine Lacombe de France, ont signé une chronique. Lancette Les experts de la santé accusent la cyberintimidation d’être une victime.

Sondage réalisé par La nature Cependant, la plupart des scientifiques ont montré que la plupart ont été positifs de l’expérience des médias depuis le début de la crise sanitaire. Globalement, 70 % des personnes interrogées les jugent positives ou plutôt positives.

La pandémie a explosé une attaque contre les scientifiques

Source link La pandémie a explosé une attaque contre les scientifiques

Back to top button