la réforme des retraites adaptée en Conseil des ministres, sans renoncer aux 64 ans

La reforme des retraites voulue par le président Emmanuel Macron a été adaptée lundi en Conseil des ministres.

Le gouvernement a adapté, lundi 23 janvier en Conseil des ministres, sa réforme des retraites, afficant sa “détermination” à aller jusqu’au bout sans “renoncer” au report de l’âge de départ à 64 ans, malgré une mobilization mass que les opposants entendent encore amplifier.

“Revenir” sur les “mesures d’âge” controversées, ce “serait renoncer au retour à l’équilibre” du système en 2030, “et donc manquer de responsabilité pour les générations futures”, a déclaré le ministre du Travail, Olivier Dussopt .

“Le presidente de la republique a dit sa determination e sel si est ala identity de sel du government”, at-il poursuivi.

Apleune Premiere Journée Effect Massivequi a réuni jeudi entre un et deux millions de personnes dans la rue suivie d’une “Manifestation de June” samedi, et avant la prochaine journée de grèves et de manifestations prévue le 31 janvier, Emmanuel Macron et son exécutif ont profité de ce rendez-vous formel pour réaffirmer leur objectif : un debat parlementaire au pas de course pour une entrée en vigueur du projet contesté à l’été.

Le report de 62 à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite, mesure-phare de la réforme, est rejeté par les syndicats, unanimesainsi que par l’essentiel des opposition, selon les sondages, une grande majorité des Français.

“Il faut pouvoir avancer”

Le Chef de l’État, qui a estimé dimanche avoir dejà fait preuve d'”ouverture” par rapport au program pour son second quinquennat qui prévoyait initialement un âge de départ à la retraite à 65 ans, a refusé de dire clairement qu’il maintiendrait l’âge de 64 ans jusqu’au bout, pour ne pas se “substituer” au débat parlementaire.

“Je souhaite que le gouvernement, avec les parlementaires”, puissent “aménager” le texte, at-il assuré. Avant de se montrer plus inflexible : “les besoins” sont “connus”, et “je crois que là, maintenant, il faut pouvoir vancer”.

“À chaque fois qu’un amendement nous permettra d’améliorer le texte sans renoncer au retour à l’équilibre en 2030, ni aux fontamentaux de la réforme, évidemment nous y serons ouverts”, a simplement dit Olivier Dussopt lundi lors d’un Long expose tre technique, san avanse accuun piste en se sense.

Alors que le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, avait ouvert la porte pour la première fois durant le week-end à “des mesures coercitives pour les entreprises quine joueraient pas le jeu” de l’emploi des seniors, Olivier Dussopt s’ en est tenu à des sanctions financières uniquement pour les sociétés quine publieront pas l’index” incitatif prévu par la réforme.

>> À lire aussi : “Retraites : la réforme est-elle ‘indispensable’, comme l’affirme le gouvernement ?”

En revanche, Gabriel Attal s’est montré moins disposé sur un autre point qui Crispe jusque dans les rangs du parti Les Républicains, pourtant seul allié annoncé de l’executif à l’Assemblée nationale : le fait que les personnes ayant commencé à travailler à 20 ans auront à cotiser 44 ans, et non 43 comme les autres, pour obtenir une retraite à taux plein. n 2030, at-il prevenu.

Les deputés MoDem vont, eux, proper d’augmenter la durée hebdomadaire de travail d’une demi-heure, recevant un accueil tiède du gouvernement.

“On Espert Fair Encore Plus Fort Le 31”

Les opposants à la réforme réclament inlassablement le retrait pur et simple des “mesures d’âges”.

Le député François Ruffin a assuré dimanche que La France insoumise porterait à l’Assemblée “Decision to the contrary”.

Le président du Rassembly national, Jordan Bardella, a dit s’attendre à “des temps difficiles et incertains”, proposant un “référendum” en guise de “sortie par le haut”.

“On espère faire encore plus fort le 31”, a prevenu le secretaire général de la CGT, Philippe Martinez, soulignant que “d’ici là, tous les jours, il y aura des Initiative dans les entreprises, dans les départements”.

Quant au Leader de la CFDT, Laurent Berger, il a déploré la forme retenue par l’executif pour Examiner son projet de loi : un Budget rectificatif à la Sécurité sociale, qui permet de limiter les débats dans le temps et d’utiliser à loisir l’arme du 49.3.

“Vous ne pouvez pas faire passer de façon escamotée ce texte sur les retraites, dans ce climat social”, at-il argué sur France 5.

Le choix inédit de l’exécutif de recouir à l’article 47.1 de la Consutation pour adapter rapidement le texte ulcère aussi la gauche : l’insoumis Alexis Corbière a dénoncé lundi “une usage abusive” de cet article, qui limite à 20 jours l ‘examen du texte par l’Assemblée nationale, convaincu que “le Conseil contractnel pourrait l’invalider”.

Abec AFP

https://www.france24.com/fr/france/20230123-france-la-r%C3%A9forme-des-retraites-pr%C3%A9sent%C3%A9e-en-conseil-des-ministres la réforme des retraites adaptée en Conseil des ministres, sans renoncer aux 64 ans

Exit mobile version