Santé

Le carnet de santé est-il un carnet de vaccination ?

Olivier Véran a annoncé jeudi de nouvelles mesures décidées par les cadres pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Certaines mesures se démarquent. Prolongez les campagnes de rappel, ajoutez-les à votre carte de santé et réduisez la validité du test à 24 heures. Un développement qui rapproche beaucoup plus le parcours de santé du parcours de vaccination.

“Nous choisissons d’harmoniser liberté et responsabilité.” C’est Olivier Véran qui a prôné cette garantie lors d’une conférence de presse gouvernementale ce jeudi visant à dévoiler de nouvelles mesures décidées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Mais la liberté n’empêche pas l’agitation, et le ministre de la Santé a donné une indication très claire de la notion de responsabilité : « Le choix de la responsabilité est le choix de la vaccination.

Outre l’ouverture de la campagne de rappel à l’ensemble de la population adulte, deux mesures s’inscrivent clairement dans cette logique : ajuster le parcours de santé pour obtenir des doses de rappel (sans elle, le 15 décembre pour les personnes).Peut expirer 7 mois après la deuxième injection de 65 ans ou plus, à partir du 15 janvier pour les autres publics), et à partir de lundi prochain, à 24 heures au lieu des 72 heures actuelles. Efficacité réduite des tests PCR ou antigéniques négatifs. Les tests en l’absence de symptômes, de prescriptions ou de cas contacts ont également été couronnés de succès depuis octobre.

Naturellement, des leçons peuvent être tirées de ces deux faits nouveaux. Les cadres peuvent crier lorsqu’ils discutent de l’établissement d’obligations dans ce domaine. Le pass santé est similaire au pass vaccination à bien des égards.

Les nuances d’Olivier Véran

Interrogé à ce sujet en conférence de presse, Olivier Véran a déclaré : Vous pouvez accéder aux événements, aux installations publiques et entrer dans les bars et les restaurants. “

Cependant, précise-t-il en préambule, « les laissez-passer santé font partie de certaines restrictions. Il est compréhensible que si vous n’êtes pas vacciné, vous devrez vous faire vacciner pour accéder aux installations accessibles au public. Cependant, 90 % des Français sont vaccinés, le virus circule, et le programme re-reçoit des soins qui peuvent être levés, et l’hôpital voit à nouveau arriver des dizaines voire des centaines de patients.

“Nous changeons de paradigme.”

Rappelant que le patron socialiste du Sénat et sa formation défendent une “obligation de vaccination universelle”, Patrick Cannell s’est peu soucié des mesures préventives au lendemain de la conférence de presse du bas. “Le pass sanitaire est en fait un pass de vaccination !”, a-t-il expliqué sur BFMTV :

“Nous changeons de paradigme. Nous avons adopté une approche proactive pour réaliser ce parcours de santé. Aujourd’hui, si vous ne vous en souvenez pas, il n’y a plus de parcours de santé, c’est-à-dire que vous tombez à ces niveaux. C’est tout. Français qui veulent solennellement appeler à la vaccination.

Pourquoi n’utilisez-vous pas ce terme ?

Alors pourquoi reculer devant les obstacles sémantiques et refuser d’utiliser l’expression « chemin du vaccin » ? Au-delà de la peur d’offenser une partie de la population, notre rédacteur politique Laurent Numan a distingué l’intérêt pratique de cette humilité :

“Si nous voulions en faire une voie vaccinale, nous ne l’appellerions pas parce que nous devions retourner au Congrès pour voter une nouvelle loi et, essentiellement, avoir un nouveau débat politique. Appuyez sur tous les curseurs aussi loin que possible pour se rapprocher du parcours de vaccination tout en restant sur les clous du parcours de santé. »

68% des Français sont d’accord avec la vaccination obligatoire

En particulier, on ne sait pas si parler du « pass vaccin » éloigne encore de nombreux Français des cadres.Au contraire, selon les sondages Ifop JDD Annoncés ce jeudi matin, ils sont majoritairement partisans de l’obligation vaccinale intégrale. 68% d’entre eux se disent favorables à un vaccin obligatoire contre le Covid-19.

Un large consensus qui n’est pas sans nuances et divisions. Par exemple, le soutien majoritaire est de 90 % pour cette commande de vaccin, mais du côté des Français insoumis et des sympathisants de l’Union nationale, les statistiques tombent respectivement à 56 % et 55 %.

La distinction est aussi de nature générationnelle ou sociologique. Si 50 % des personnes âgées de 25 à 35 ans soutiennent les obligations vaccinales, 83 % des personnes âgées de plus de 65 ans sont obsédées par les obligations vaccinales.

Robin Brûleur journaliste de BFMTV

Le carnet de santé est-il un carnet de vaccination ?

Source link Le carnet de santé est-il un carnet de vaccination ?

Back to top button