Santé

Le coup de gueule de Jean-François del Freysey au Sénat

Le président du Conseil scientifique a auditionné au Sénat ce jeudi dans le cadre d’un projet de loi sur la santé. Interrogés par certains législateurs, les médecins ont rappelé l’importance fondamentale de respecter les gestes barrières pour limiter l’impact de la quatrième vague sur les hôpitaux.

Pour lui, la vaccination n’est pas la seule réponse. Jean-François del Freissy, président du Conseil scientifique, a auditionné au Sénat ce jeudi matin pour répondre aux questions des parlementaires sur le projet de loi santé actuellement en discussion au Parlement.

Lorsque les médecins ont répondu à la plupart des questions liées aux parcours de santé et aux campagnes de vaccination, Jean-François del Freisy a souligné l’importance des gestes barrières pour contrer les variantes delta dans la hausse des taux de vaccination.

“Je me lave les mains beaucoup moins qu’avant.”

« La réponse à la quatrième vague repose sur une augmentation des vaccinations et dépend de l’utilisation des voies sanitaires, mais aussi de « où aller et où contaminer » et revient à un état simple. Des gestes barrières individuels qui ont complètement explosé », a déclaré le président du Conseil scientifique devant le sénateur.

Pour expliquer son affirmation, le médecin a demandé directement au public combien de fois par jour il s’était lavé les mains avec du gel hydroalcoolique et a déclaré : “Je ne veux pas entendre la réponse”.

“Vous l’avez oublié, je suis trop peu nombreux ! On se lave les mains moins souvent et on se lave moins souvent qu’avant”, confie le port du masque, surtout pendant la saison estivale. Jean-François del Freissy, qui reconnaît aussi que ça peut être douloureux , avoue, mais c’est quand même indispensable. “A des niveaux de pollution très élevés, comme à partir de début août, il est facile de porter des masques contenant des personnes vaccinées, ce qui a un impact fondamental sur la liberté républicaine”, a déclaré le président du Conseil scientifique. Cela n’existe pas. “

“Nous devons vivre avec la variante Delta pendant quelques mois.”

Face à l’atténuation constatée des Français, les professeurs de médecine estiment que ce sont aussi ces « petits gestes au niveau individuel » qui sont « fondamentaux » face à cette nouvelle valeur. « Il n’y a pas que les vaccins.

“Dans les semaines à venir, notre capacité à limiter l’impact sur le système de santé, plutôt que d’arrêter le flux, est entre les mains de nos concitoyens. Et,” C’est un vaccin de parcours santé. Une petite mesure ! “

Jean-François Delfraissy reconnaît qu’il observe une situation similaire à l’été 2020 et met en garde contre deux nouveautés cette année. Le premier est l’émergence de mutants bien plus contagieux que toute autre souche détectée jusqu’à présent.

“Les gens ne comprenaient pas à quoi ressemblerait un niveau d’infection 60% plus élevé. Je suis surpris que les médecins eux-mêmes ne le comprennent pas”, a déclaré le président des scientifiques du conseil. « Nous avons affaire à des variantes avec une capacité de transmission qui changent la donne. […] Vous devrez vivre avec la variante Delta pendant plusieurs mois. “

Enfin, la deuxième nouveauté évoquée par Jean-François del Freisy est la vaccination. Cela réduit considérablement le risque de contracter une maladie grave. “Le résultat de tout cela est” vaccinons-nous. ” “

Hugues Garnier journaliste de BFMTV

Le coup de gueule de Jean-François del Freysey au Sénat

Source link Le coup de gueule de Jean-François del Freysey au Sénat

Back to top button