“L’ère de l’hypercroissance est derrière eux”

Confronté à des problèmes structurels renforcés par le contexte économique mondial, meta prépare sa première fague large de licenciements pour mercredi, selon la presse americaine.

Que se passe-t-il chez Meta ? Une semaine après sa chute en bourse, la société qui réunit Facebook, WhatsApp, Messenger et Instagram prépare, lundi 7 November, la première vague de license Massive de son histoire, selon le Wall Street Journal, qui évoque la date de mercredi pour l’annonce office. Plusieurs milliers des 87 000 employés du groupe pourraient être Concernés.

La maison mere de Facebook souffre en effet de problèmes structureels de longue date, avivés par un contexte économique mondial morose. MetabarInternet du futur où l’utilisateur pourra interagir dans un monde beautytl en réalitéaugmentée. avalé 21 milliards de Dollars en deux anssans convaincre ni les investmentisseurs ni le public.

Un monde en ligne dessert

Horizon Worlds, plate-forme de réalitévictille présentée comme la “première brique” du métavers, réunit ainsi moins de 200 000 utilisateurs mensuels au bout de dix mois d’existence, wall street journalLe monde en ligne est, semble-t-il, un monde désert et le devenir du métavers laisse la plupart des observateurs sceptiques.

“Il est possible de prevoir l’avenir du métavers, mais ce qui a été fait n’est pas très Profitable pour le moment, dominique Boullier, dominique Boullier, sociologue des usages du numérique à Sciences Po Paris. Ces investment sements ne donnent pas une bonne image du groupe : s’il est normal qu’ils perdent de l’argent, cela représente tout de même des ratios importantes.”

Le “métavers risque de rester une niche, rebondit Virginie Clève, Consulte en stratégie digitale. Cela fait penser à second life [un univers virtuel sorti en 2003, NDLR]D’autant que le coût énergétique necessaire à son function est colossal et, dans le contexte actuel, semble peu réaliste.”

>> reel : Facebook et ses déboires en Bourse, les symptômes d’une nouvelle ère à Wall Street

Manque de Confiance

Pensé pour devenir le futur d’Internet, le projet fou de Mark Zuckerberg raises the aussi des question en matière de matière de données personles des utilisateurs in respect of qualified personnel. “Le métavers a pour but de capter toutes les données des utilisateurs à travers l’ensemble de leurs activités, jusqu’aux considers qu’ils porteront dans le monde beauty, afin de les monétiser, souligne Dominique Boullier. Cette stratégie risque de poser problème avec le RGPD [le règlement général sur la protection des données, texte européen, NDLR]Et les utilisateurs peuvent aussi finir par se lasser de ce genre caption permanent tre pushes la vie prive.”

Meta souffre d’aileurs de sa Moveyz Reputation en la matière. Élue “pire entreprise” de l’année en December 2021 by Yahoo Finance, la société a vu son image écornée par les scandales de Cambridge Analytica et des Facebook Papers. son change de nomdes doutes sur son éthique persistent et contractent ses revenus publicitaires, dejà fragilisés par le contexte économique mondial.

“Meta vit une phase negative en termes de reputation, pointe Dominique Boullier. L’entreprise souffre d’une degradation de son image auprès desInvestisseurs et des annonceurs. Les Investmentsissements continueent, mais les marques n’ont plus complètement confiance. et ne veulent plus mettre tous leurs œufs dans le même panier.”

Conflit avec Apple

La société a en outre perdu des milliards de revenus publicitaires en raison des changements apporés par Apple à son système d’exploitation mobile en 2021. criticism.

Les deux géants sont également en conflit autour de la taxe de 30 % qu’Apple entend prélever depuis octobre sur les contenus Sponsor diffusés sur Facebook et Instagram, en plus de celle qu’elle ponctionne déjà sur les achats effectués au sein des applications. Zuckerberg ainsi reconnu des “problèmes de ciblage publicitaire” qui, ajoutés au viili cementau recul de son audience et à la concurrence féroce de TikTok, font fondre ses revenus.

“Loin de la Ferrite”

Mais il ne faut pas s’y tromper : l’entreprise reste “loin de la faillite”, rappelle Virginie Clève. il son tre loin de la banqueroute, instagram save the croissant forte and monetize the non-commercial practical.”

L’entreprise a donc de quoi resister. “Ils ont trois fers au feu, explique Dominique Boullier. Avec WhatsApp, Facebook et Instagram, Meta parvient à s’équilibrer : l’application phare diffère selon les pays, mais, dans l’ensemble , la société a la possibilité de retomber sur ses pieds grâce à ladiversité de ses offres.”

Meta constant per airleur la capacity a copy de façon efficace re innovation de ses concurrent e ne résigne pa a”couper les branch mortes“, Observe Virginie Clève. Mark Zuckerberg, published under a different title on Facebook. “reel”courtesy of directing a concurrent TikTok-inspired video.

“140 million [de Reels, NDLR] We’re giving away 50% in October in our Facebook and Instagram chats. “Nous pensons que nous gagnons des parts de marché sur le temps passé à des parallels comme TikTok.”

Malgré sa perte de vitesse, le reseau preserve ainsi près de trois milliards d’usagers quotidiens dans le monde en 2022 – dont 40 millions en France – qu’il n’est pas près de perdre. , remarque Dominique Boullier.

Please post on Facebook and build a new society. “L’ère de l’hypercroissance est derrière Meta, il est touché pour la première fois par le contexte économique mondial comme n’importe quelle autre entreprise, resume Virginie Clève. Mais il ne faut pas parler de crépuscule pour autant, plutôt d’ un âge de la maturité. Meta continue à générer des revenus stratosphériques.”

https://www.france24.com/fr/%C3%A9co-tech/20221107-licenciements-chez-meta-l-%C3%A8re-de-l-hypercroissance-est-derri%C3%A8re-eux “L’ère de l’hypercroissance est derrière eux”

Exit mobile version