France

Les armes passent entre écologistes et le gouvernement autour d’un rapport sur l’avenir de l’électricité

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a accusé Yannick Jadot d’être “au bord du complot” après que le candidat Green ait accusé le gouvernement de “manipulation” sur le rapport énergétique en faveur du nucléaire.

« Conspiration » contre « manipulation ». C’est un rapport présenté lundi sur l’avenir de l’électricité en France à l’horizon 2050 qui déchaîne les passions entre le gouvernement et les écologistes.

Invitée de la matinale de France Inter ce mardi matin, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a dénoncé le comportement “honteux” du candidat écologiste Yannick Jadot, tandis que ce dernier continuait de dénoncer le “choix politique” d’un gouvernement “obsédé par le nucléaire”. », dans la matinée de LCI.

Lundi, le candidat des Verts a accusé la présentation des scénarios du Réseau de transport électrique (RTE) d’être “partielle et donc partielle”, dénonçant des “manipulations du gouvernement” sur son compte Twitter.

“Ce qu’il fait, c’est tout simplement parce que ce rapport remet en cause ses convictions. C’est dénoncer le messager plutôt que regarder le message, c’est très grave”, a reproché Barbara Pompili.

Un gouvernement “faible vis-à-vis des lobbies”

Le rapport très attendu du gestionnaire du réseau électrique recommande six scénarios pour atteindre la neutralité carbone dans la production d’électricité d’ici 30 ans. L’épais rapport de 650 pages estime que cet objectif de neutralité passe par le maintien d’une part importante du nucléaire dans le mix électrique, à associer au développement des énergies renouvelables.

C’est sur cette base que le gouvernement pourrait donner son feu vert à la construction de nouveaux EPR. De quoi faire bondir les partisans de la sortie du nucléaire. “Macron a toujours défendu l’EPR”, a fait valoir le candidat écologiste Yannick Jadot sur LCI, déplorant le comportement d’un gouvernement “très faible vis-à-vis des lobbies”.

Dans le parisien Lundi, le ministre, ex-EELV, a accusé le candidat écologiste d’être “irresponsable” et lui a demandé d’expliquer “comment (faire) concrètement” pour sortir du nucléaire dans vingt ans. Avant d’élargir sa critique à Jean-Luc Mélenchon, qui affirme vouloir quitter l’atome avant 2030. “Il faut arrêter de se vautrer dans la simplicité”, a-t-elle fustigé dans les colonnes du journal.

“Une entité indépendante” et deux ans de travail

“La manipulation de RTE, sous pression du gouvernement, qui consiste à évacuer ses propres scénarios de sobriété à l’heure où la précarité énergétique explose dans notre pays est choquante”, a écrit lundi l’eurodéputé Yannick Jadot, le député écologiste du Maine- et -Loire Matthieu Orphelin, et la porte-parole d’EELV Eva Sas.

Dans ce communiqué, les Verts demandent d’inclure la variante « sobriété », qui réduirait le niveau d’électricité nécessaire, et donc, la part du nucléaire. En clair, lutter contre la précarité énergétique pour consommer moins, ou accélérer les investissements dans les énergies renouvelables. Un seul scénario sans nucléaire est prévu dans le rapport.

“Il y a des questions qui peuvent être débattues”, a reconnu Barbara Pompili, “notamment sur la sobriété”, précisant que “tous les scénarios de RTE nécessitent une réduction de 40 % de notre consommation d’énergie”.

Surtout, le ministre a défendu le sérieux d’un signalement “qui a été fait par une entité indépendante pendant 2 ans” et fustige l’idée de “manipulation”. “Quelqu’un candidat à la présidence ne devrait pas se comporter comme ça”, a-t-elle déclaré. A quelques jours de la COP26 à Glasgow, les questions énergétiques continueront d’alimenter les débats présidentiels.

Les armes passent entre écologistes et le gouvernement autour d’un rapport sur l’avenir de l’électricité

Source link Les armes passent entre écologistes et le gouvernement autour d’un rapport sur l’avenir de l’électricité

Back to top button