Économie

Les élèves de la grande école ont également été touchés par la crise

À Polytechnique, les étudiants français sont dispensés de scolarité, à condition qu’ils travaillent comme fonctionnaires pendant au moins 10 ans dans les 20 ans suivant la fin de leurs études. (ERIC PIERMONT / AFP)

Les étudiants de la grande école trouvent généralement un emploi très rapidement jusqu’à la fin de leur stage de recherche pour se reconvertir en CDI, voire avant la fin de leur recherche. L’an dernier, près de 9 étudiants sur 10 ont été embauchés six mois après l’obtention de leur diplôme. Mais avec la promotion 2020, la situation est tendue. La baisse du taux d’emploi est de 10 %.

En particulier, ce sont les élèves-ingénieurs qui ont le plus de difficultés à entrer dans le monde du travail. En 2021, près de 18 % des anciens élèves étaient encore à la recherche d’un emploi six mois après la sortie de l’école, selon la dernière enquête annuelle de la Conférence des grandes écoles.

Les employeurs les critiquent généralement pour leur manque d’expérience professionnelle, et ils ont du mal à en trouver. Cette fois, les jeunes diplômés s’interrogent sur le petit nombre d’offres d’emploi. Six jeunes sur dix ont montré qu’ils étaient confrontés à des problèmes liés à la pandémie au cours du processus d’intégration. Dans ces difficultés, les restrictions de circulation ont réduit les chances de partir à l’étranger, d’être embauché ou de faire du bénévolat. Du coup, une proportion importante de jeunes diplômés, 10 %, ont choisi de poursuivre leurs recherches pour attendre la fin de la crise.

Mais même s’il faut en payer le prix, construire une grande école reste intéressant. Selon le site misterprepa.net, le coût moyen de l’éducation dans les grandes écoles privées dépassait les 38 000 € en 2019. Mais l’investissement est payant. Malgré la difficulté occasionnelle à trouver un emploi, plus des trois quarts des jeunes diplômés ont trouvé un emploi moins de deux mois après leurs études. Et plus des trois quarts des étudiants embauchés avaient des contrats à durée indéterminée.

Sans surprise, les secteurs les plus adoptés sont l’informatique et le numérique, qui sont les portes les plus ouvertes. Selon le dernier baromètre LinkedIn, le métier de développeur est le deuxième métier le plus souvent proposé aux jeunes diplômés. L’industrie et les services aux entreprises sont derrière le secteur qui offre le plus d’emplois aux jeunes sortant de leurs études.

Les élèves de la grande école ont également été touchés par la crise

Source link Les élèves de la grande école ont également été touchés par la crise

Back to top button