France

obligations de transparence pour les réseaux sociaux

Comment réguler les réseaux sociaux après la censure sèche par le Conseil constitutionnel de la loi Avia sur les contenus haineux sur Internet, en juin 2020? Comment imposer des règles en France sur Facebook, Twitter ou YouTube, alors qu’un projet réglementaire au niveau européen est discuté depuis mi-décembre? Face à ce double défi, le gouvernement a choisi de saisir l’opportunité du projet de loi “Consolider les principes de la République” : vendredi 15 janvier, il a introduit un amendement soumettant les plateformes numériques à des obligations en matière de modération des contenus haineux en ligne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Projet de loi contre le “séparatisme”: la majorité est divisée et les oppositions se cherchent

“La seule urgence est celle de l’efficacité contre la haine en ligne, qui explose dans toutes les démocraties”, justifie Cédric O, le secrétaire d’État au numérique. Le gouvernement voulait “fournir une réponse” après l’affaire Samuel Paty, ce professeur a décapité le 16 octobre. D’où l’idée de légiférer avant le vote du texte de la loi européenne sur les services numériques, non attendue avant 2022.

Le nouvel amendement du gouvernement cherche-t-il à ressusciter la controversée Avia? Pas vraiment. “La différence est l’absence d’objectif de résultat exigeant un retrait dans un certain délai” reconnaît Cédric O. Nous avons écarté la disposition la plus controversée: l’injonction aux réseaux sociaux de supprimer les contenus haineux manifestement illégaux dans un délai de vingt-quatre heures. Car cela aurait poussé les plateformes à censurer de nombreux contenus juridiques, comme l’a rappelé le Conseil constitutionnel.

Lire aussi La loi Avia contre la haine en ligne largement critiquée par le Conseil constitutionnel

Moins répressive et moins conflictuelle, la nouvelle proposition “S’en tient au futur texte européen”, note le secrétaire d’État. En effet, l’amendement vise avant tout à imposer aux réseaux sociaux “Obligations de moyens et transparence”. Ils seront tenus de décrire leur politique de modération des contenus haineux: combien de contenu supprimé, dans quel délai, pour quelle raison, etc.

“Impunité”

Les plateformes devront consacrer «Ressources humaines et technologiques proportionnées». Et respectez certains points de procédure, comme la possibilité pour l’utilisateur de faire appel, notamment pour les cas les plus graves, comme la résiliation d’un compte.

Enfin, les plateformes devront améliorer leur coopération avec la justice, en répondant aux demandes d’identification des auteurs de discours de haine et en conservant temporairement les contenus supprimés. «Aux fins de les mettre à la disposition de l’autorité judiciaire». C’est pour lutter contre“Impunité” auteurs, considère la députée LRM Laetitia Avia.

Il vous reste 18,4% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

obligations de transparence pour les réseaux sociaux

Source link obligations de transparence pour les réseaux sociaux

Back to top button