France

Pas assez de “tueurs” devant le but, les Lyonnaises ne se réfugient pas en Ligue des champions

Nikita Parris, ici en août dernier lors de la demi-finale de Ligue des champions 2020 face au PSG (1-0) à Bilbao (Espagne). – Alvaro BARRIENTOS / AFP / PISCINE

  • Si l’OL a fourni l’essentiel de ce jeudi face à Brondby (2-0), il le doit largement à Melvine Malard, buteur décisif dans les arrêts de jeu (90e + 3).
  • Pour le reste, les Lyonnaises n’ont pas été convaincantes, comme un intrigant “manque d’efficacité” devant le but, avec 23 tirs tentés.
  • Le match retour au Danemark pourrait s’avérer plus incertain que prévu dans six jours.

Pour la troisième fois consécutive en Ligue des champions, Melvine Malard a endossé le rôle précieux de supersub ce jeudi contre Brondby (2-0, 90e + 3). La contribution de l’attaquant prometteur de 20 ans n’est pas de trop car l’OL ne survole pas le début de la campagne européenne. Joués comme rarement en huitièmes de finale à Turin (2-3, puis 3-0 au retour) en décembre, les quintuple tenants du titre n’ont pas réussi à plier leur huitième de finale contre Brondby jeudi, dès le match aller. (2-0). Comme une grosse frayeur dès le départ, avec un étrange oubli défensif dans l’axe puis un coup franc de Nanna Christiansen sur la barre transversale d’une battue de Sarah Bouhaddi (6e), les joueurs de Jean-Luc Vasseur ont pris le temps de rentrer dans leur rencontre .

Certes, il y avait alors une domination territoriale des joueurs de Jean-Luc Vasseur (près de 80% de possession, 23 tirs à 2), mais sans succès devant le but. Il a fallu un délice du centre d’Amel Majri, conclu sur une tête furieuse de Nikita Parris pour faire la différence (1-0, 30e). Malgré la bonne activité des trois gauchers (Bacha, Karchaoui, Majri), l’OL a ensuite relâché sa pression pendant une bonne demi-heure sur la défense danoise.

“Nous aurions dû nous mettre à l’abri de la première période”

A l’image de la jeune recrue américaine Catarina Macario, cet OL paraissait souvent trop tendre devant, toujours sans Ada Hegerberg (en reprise), et avec une Eugénie Le Sommer entrant dans les temps. Le match retour à Brondby le 10 mars (13h55) pourrait s’avérer difficile à négocier, notamment avec l’enchaînement de la tête de la D1, trois jours plus tard, contre le rival parisien, actuel leader du championnat.

Le visage fermé après ce match sans intérêt, la capitaine Wendie Renard a tenu à envoyer un message à son groupe au micro du RMC: «On manque vraiment d’efficacité. On aurait dû se mettre à l’abri de la première période, ça m’énerve. Nous devons être plus tueurs ».

Pas assez de “tueurs” devant le but, les Lyonnaises ne se réfugient pas en Ligue des champions

Source link Pas assez de “tueurs” devant le but, les Lyonnaises ne se réfugient pas en Ligue des champions

Back to top button