Monde

Plus de 90 blessés lors de nouveaux affrontements à Jérusalem

Un nouvel affrontement samedi soir entre la police israélienne et des manifestants palestiniens a fait plus de 90 blessés dans diverses parties de Jérusalem-Est. C’est le lendemain des affrontements les plus importants dans la Ville sainte ces dernières années, augmentant le risque de nouvelles violences.

Il n’y a pas de réduction de la tension à Jérusalem. Un nouvel affrontement samedi soir entre la police israélienne et des manifestants palestiniens a fait plus de 90 blessés dans diverses parties de l’est de la ville. C’est le lendemain de l’affrontement le plus important de ces dernières années dans la Ville sainte, qui a fait craindre une nouvelle propagation de la violence. .. ..

Suite à ces violences, des roquettes ont été lancées depuis la bande de Gaza vers Israël, et il a été annoncé qu’elles avaient attaqué la position du mouvement islamiste Hamas dans cette enclave palestinienne, qui abrite 2 millions d’habitants.

La Compagnie du Croissant-Rouge palestinien a déclaré à Jérusalem que “90 personnes avaient été blessées dans un affrontement violent” et a révisé à la hausse environ 50 blessures antérieures.

Canon à eau corrompu et balle en caoutchouc

Selon ces équipes de secours, la plupart de ces personnes, y compris des mineurs, ont été blessées par l’impact de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes. Les photographes de l’AFP ont surtout vu des femmes aux visages ensanglantés.

Les forces de sécurité israéliennes ont également utilisé des canons à eau corrompus pour disperser les Palestiniens. Certains Palestiniens ont lancé des projectiles sur la police lors d’affrontements dans diverses parties de Jérusalem-Est.

Plus de 200 personnes ont été blessées lors d’un affrontement entre des policiers israéliens et palestiniens à l’Esplanade Demosk (également connue sous le nom de Mont du Temple par les Juifs), le troisième lieu saint de l’islam, vendredi soir dans la ville sainte. La plus grande collision s’est produite.

Samedi soir, sur la place, des dizaines de milliers de Palestiniens ont prié relativement calmement, à la suite de l’Iftar, un repas de jeûne tout au long du Ramadan. Selon les journalistes de l’AFP sur place, le directeur de la mosquée Al-Aqsa sur la promenade a fidèlement appelé au “calme-toi”.

Expulsion de la famille

Dans le quartier de Sheikh Jarrah, les Palestiniens sont rentrés dans la rue et ont jeté des pierres sur les forces de sécurité israéliennes alors qu’ils protestaient contre la possibilité d’expulsion de familles palestiniennes chaque jour au profit des colons israéliens pendant plusieurs jours. .. Ils ont dit à leurs agents qu’ils avaient arrêté les deux pour avoir utilisé du «spray au poivre».

La police a déclaré aujourd’hui qu’elle avait restreint l’accès à la vieille ville de Jérusalem-Est pour empêcher les Palestiniens de “participer à de violentes émeutes”.

Les bus venant du sud de Jérusalem ont ainsi été arrêtés et certains passagers palestiniens ont été arrêtés par la police, ont indiqué des journalistes de l’AFP.

«Ils veulent nous empêcher d’aller à Al-Aqsa», a déclaré Ali Al-Komani, 40 ans, un artisan debout près de l’entrée du sanctuaire.

“Israël agit de manière responsable pour faire respecter la loi et l’ordre de Jérusalem tout en garantissant la liberté religieuse”, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une réunion avec des responsables de la sécurité.

Tension sur la rive ouest du Jourdain

Pendant des semaines, les tensions se sont intensifiées non seulement à Jérusalem, mais aussi en Cisjordanie, un autre territoire palestinien occupé par Israël.

En raison d’un violent affrontement vendredi, les Palestiniens étaient fidèles aux policiers israéliens qui sont entrés dans l’enceinte de la promenade de la mosquée.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, au moins 205 Palestiniens ont été blessés vendredi, dont la majorité a été blessée sur la place de la Mosquée. La police a signalé que 18 personnes avaient été blessées dans la classe.

La collision sur la promenade a été la plus intense depuis 2017, quand Israël a décidé d’installer un détecteur de métaux à l’entrée du site.

Le Hamas, un mouvement musulman au pouvoir à Gaza, a appelé les Palestiniens à rester sur la place jusqu’à jeudi (jour de commémoration de la fin du Ramadan) et a menacé Israël d’une attaque si la Cour suprême le soutenait. Expulsion de Shake Jara.

Dans la bande de Gaza, près de la clôture séparant le territoire palestinien d’Israël, des soldats israéliens ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants palestiniens.

Selon des responsables israéliens, un ballon a été lancé de Gaza vers le sud d’Israël mardi soir, mais aucun dégât n’a été fait.

Intervention de Washington

Les forces de défense israéliennes ont déclaré qu’une roquette avait été lancée “sur le territoire israélien” depuis Gaza tôt dimanche matin, ajoutant que l’armée de l’air avait répondu en attaquant une “base militaire du Hamas” dans la partie sud de la bande de Gaza.

Après les violences de vendredi, les États-Unis ont appelé les responsables israéliens et palestiniens à agir pour mettre fin à la violence. Ils ont également exprimé leur inquiétude concernant “la possibilité d’expulsion de familles palestiniennes de Cheikh Jara”.

L’Arabie saoudite, leader de la monarchie arabe du Golfe, a accusé ces expulsions possibles. L’Iran, la Tunisie, le Pakistan, la Turquie, la Jordanie et même l’Égypte ont condamné les actions israéliennes.

Et le quatuor du Moyen-Orient (États-Unis, Russie, ONU, UE) a exprimé sa “profonde inquiétude” la nuit et a appelé Israël à faire preuve de “répression”.

Utiliser AFP

Plus de 90 blessés lors de nouveaux affrontements à Jérusalem

Source link Plus de 90 blessés lors de nouveaux affrontements à Jérusalem

Back to top button