Politique. La campagne présidentielle de Pécresse visée par une nouvelle enquête

Une enquête préliminaire, portant sur des soupçons d’abus de bien social autour de commissions pour la location d’un siège pour la campagne présidentielle de Valérie Pécresse, a été ouverte par le parquet de Paris, a indiqué celui-ci vendredi, confirmant une information de Mediapart.

Cette deuxième enquête, ouverte à une date inconnue après un signalement de la Commission des comptes de campagnes (CNCCFP), vient s’ajouter à une autre, portant depuis septembre 2022 sur des soupçons de détournement de fonds publics pendant cette campagne.

Une première enquête après un signalement de Bayou

Ces investigations font suite à un signalement de l’écologiste Julien Bayou daté du 19 avril. Ce dernier faisait état également de financement illégal de campagne électorale, financement illégal de parti, abus de biens sociaux et prise illégale d’intérêts. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE).

En outre, plusieurs élus franciliens EELV avaient dénoncé au ministère public le fait que Valérie Pécresse aurait détenu des stock-options chez Alstom tout en présidant l’autorité de transports Île-de-France Mobilités (IDFM). Son mari Jérôme Pécresse travaillait alors chez Alstom jusqu’au rachat des activités énergie du groupe par General Electric en novembre 2015.

L’enquête préliminaire ouverte au parquet financier pour prise illégale d’intérêts avec le constructeur ferroviaire a été classée sans suite en mai.

La candidate LR Valérie Pécresse a consacré 14,3 millions d’euros pour un seul tour de scrutin, mais sans atteindre la barre des 5 % de voix qui lui aurait permis d’obtenir le remboursement de ses frais de campagne. Après sa défaite, elle avait d’ailleurs lancé un appel aux dons pour combler un trou de cinq millions d’euros.

https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2023/07/28/la-campagne-presidentielle-de-pecresse-visee-par-une-nouvelle-enquete Politique. La campagne présidentielle de Pécresse visée par une nouvelle enquête

Exit mobile version