Des sports

“Première semaine pleine de pièges” de Julian Alaphilippe

La 109e édition du Tour de France se déroulera en montagne, a annoncé jeudi le directeur de course Christian Prudhomme. Mais le sommet n’est pas le seul obstacle à la Route des coureurs. Beaucoup ont peur de la première semaine pleine d’embûches.

Retour à l’alpin pour le Tour de France. Le directeur de course Christian Prudhomme a dévoilé jeudi 14 octobre le parcours de la 109e édition de la Grande Boucle. La course de cette année semble promise aux grimpeurs. L’Alpe d’Huez sera également l’une des cinq arrivées au sommet de l’alpin cette année.

Les coureurs traverseront quatre pays entre le départ de l’épreuve le 1er juillet 1903 depuis Copenhague, point le plus septentrional de l’histoire de l’épreuve, et l’arrivée le 24 juillet sur les Champs Elysées à Paris (Danemark). , France, Belgique , La Suisse).

Ils partent vendredi, un jour plus tôt que d’habitude, pour leur permettre de s’installer dans le nord de la France après les trois premiers jours du Danemark. Puis les pavés de Paris-Roubaix et une étape particulièrement propice aux puncheurs de la première semaine, profilés pour des coureurs comme Mathieu van der Paul, Wout van Aert et le champion du monde Julian Alaphilippe.

La course sera déterminée de manière décisive lors d’un contre-la-montre de 40 km prévu sur le site médiéval de Rocamadour, l’ancêtre du pèlerinage, à travers les Alpes face aux Pyrénées, comme en 2021. Paris.

>> A relire : Tour de France Femmes : “Il y en a pour tous les types de coureurs”

Dans les Alpes, le Cordu Granon, situé à 2 413 mètres d’altitude au Seleche Barrier Resort, a connu un renouveau symbolique. Le dernier vainqueur français de l’épreuve, le maillot jaune de Bernard Hinault, a gravi la course le 20 juillet 1986 (1985).

France24 a reçu sa première réaction de Proton à l’issue de la cérémonie

Julian Alaphilippe, double champion du monde

La France gagne à vélo, c’est Julian Alaphilippe. Les cyclistes l’ont encore prouvé en septembre en dévalisant le nez et la barbe d’un coureur belge encore chez lui pour un deuxième titre mondial. Les coureurs Decunic Quickstep, qui ont porté 18 maillots lors de la première étape l’année dernière, sont heureux de voir le nouveau parcours.

“Ma première impression, c’est que tu le veux. La première semaine est pleine de pièges. Il y a des contre-la-montre, des trottoirs, des pavés, l’arrivée des puncheurs, etc. Il ne fait aucun doute qu’il y a du mouvement…

Je pense que je vise la scène. Je vais déjà prendre le temps de profiter de petites vacances, et quand je récupérerai, je pense sereinement à la tournée, à la scène. Alors je viens de suivre le cours. Prédire les buts est un peu difficile. “

David Gaudu (Groupama-FDJ)

Ancien adjudant fidèle de Thibaut Pinot, David Gaudu est depuis deux ans au centre de l’attention au sein de Groupama-FDJ. Il est actuellement l’un des leaders de la formation en France et, sauf surprise, son équipe doit compter sur lui pour disputer l’édition 2022 du classement général.

« La première semaine est délicate. J’ai apprécié les pavés en 2018, donc je dois être conscient. Même si j’arrive assez tôt, il y a peut-être déjà beaucoup d’écarts après la première étape, notamment le Danemark. Ce pont de peut être créé À la frontière.

L’étape de montagne se termine au sommet, ce qui est intéressant. Ils sont très beaux et très durs sur le papier. Il y a deux grands blocs, le Col de Granon et l’Alpe d’Huez dans les Alpes, et Peyragude et Hautacam dans les Pyrénées. La Planche des Belles-Filles donne également une belle finition. La montagne a un peu explosé et compte cinq belles arrivées. Jouez avec la pédale.

La stratégie à adopter est décidée par l’équipe. Mais s’il y a une étape que je rêve de gagner, c’est bien le Col du Granon. Elle est sur mon parcours d’entraînement lorsque je fais un stage dans les Alpes. Je connais la route du fond du cœur. L’Alpe d’Huez est mythique, mais ce ne sont pas mes routes. Je laisse ça à Tibaud (Pino, ndlr, qui a remporté ce pass en 2015). C’est comme sa réserve », conclut en riant, conclut David Gaudu.

Benoit Kosneufroy (AG2R-Citroën)

Benoit Kosneufroy est très souvent comparé à Julian Alaphilippe en raison de ses qualités de puncheur, mais il n’a pas encore son palmarès, mais il y travaille. En 2021, il termine troisième du Championnat d’Europe après avoir remporté sa première victoire sur le World Tour à la Bretagne Classic. En 2019, il a porté un maillot à pois des meilleurs alpinistes du Tour de France entre les étapes 2 et 16 pour se révéler au grand public.

“Trouver une carte du tour est toujours une sensation particulière. Que l’on cherche un classement général ou le reste du Peloton, le départ peut être très stressant. Le pont de 20km… (Storebæltsbroen, ndlr reliant les deux grands îles du Danemark) Et puis ça devient un pavé !

J’ai découvert le parcours en même temps que vous, donc j’ai besoin de l’analyser plus en détail après les vacances, mais je précise que Christian Prudhomme a évoqué une petite crête peu avant son arrivée. Sur le papier, ce sont les arrivages qui me conviennent.”

Vainqueur du Tour de France 2020 et 2021 Tadej Pogacar (à l’AFP)

“C’est un parcours intéressant de la première étape à la dernière étape. Des sprints, des vents, des pavés, des montées courtes, des montées longues, des montées raides. C’est un tour vraiment complet. J’ai hâte. Commençons. J’ai déjà gagné le Planche de Belfil (contre-la-montre de l’avant-dernière étape de 2020, ndlr). Ce sera une étape difficile, tu sais ce qu’il peut arriver je ne sais jamais. La fin. Il y a de merveilleux souvenirs. Je me souviens du moment de l’escalade. Je J’ai hâte de grimper à nouveau.

Il y a beaucoup de prétendants, mais quand nous y serons, nous en parlerons. La saison vient de se terminer. J’ai besoin d’une petite pause avant de commencer à penser à 2022. Il y a un peu plus de pression quand on a déjà gagné. C’est certainement le cas. “

Kasper Asgreen (à l’AFP)

Le coureur danois de Decnick Quickstep, qui a remporté le Flanders Tour en 2021, se réjouit que la Grande Boucle soit impatiente de prendre le départ dans son pays d’origine et de disputer les trois premières étapes à domicile.

“Le contre-la-montre du premier jour me convient. Ce sera un temps très rapide. C’est bon pour moi. J’espère qu’il y aura beaucoup de vent sur le pont le lendemain. Cela peut être spectaculaire et il peut y avoir un grand écart. Peut-être que la troisième étape prend principalement mon itinéraire d’entraînement et Peloton passe à des centaines de mètres de chez moi. Mes amis et toute la famille seront là, c’est vraiment spécial. D’abord Cette semaine sera généralement très intéressante. J’adore les pavés. C’est un terrain vraiment fun. J’aime les classiques pavées donc je suis content de les revoir au Tour de France. “

“Première semaine pleine de pièges” de Julian Alaphilippe

Source link “Première semaine pleine de pièges” de Julian Alaphilippe

Back to top button