Des sports

Si agressif, “ne joue plus”

L’entraîneur nantais Antoine Comboare est en colère non seulement contre les “criminels” qui attaquent des joueurs comme Marseille Dimitri Payet dimanche à Lyon, mais aussi contre les autorités qui envisagent de reprendre le match. agression.

Lorsqu’il jouait au PSG dans les années 1990, l’entraîneur expliquait : “A chaque fois qu’un joueur est attaqué, nous les acteurs ne devrions plus jouer”, a-t-il déclaré en ciblant divers objets comme des ciseaux expliqués.

Le match Lyon-Marseille a été interrompu dimanche lorsque Dimitri Payet vient de recevoir une bouteille en plastique dans la tête depuis la tribune lyonnaise.

“Nous sommes attaqués physiquement et attaqués par la tête.”

Alors que Nantes s’apprêtait à recevoir Marseille d’ici une semaine, Comboare a prévenu : « Si un supporter de notre région attaque un joueur marseillais, nous ne pourrons pas jouer.

“Si un de mes joueurs est attaqué demain, il n’y a plus de match. Les autorités peuvent dire ce qu’elles veulent, j’envoie mon équipe à la douche et on rentre chez moi je rentre chez moi, même si j’ai besoin de perdre des points”, a-t-il déclaré. insisté.

Si le joueur est au sol comme le Paye de dimanche, “C’est fini, on ne parle plus de foot. Ce sont les politiques, les gens de la ligue, qui pensent qu’on peut encore jouer au foot. Et seulement les supporters. Mais non. On est agressé physiquement et dirigé », a-t-il poursuivi.

Les entraîneurs nantais ont également appelé à une interdiction des stades “à vie” contre les auteurs de ces attentats. “Ces gens sont des criminels et ne se sentent pas mal au stade.”

“Et le club doit aussi cesser de se réconcilier avec ses supporters (…). Il faut éduquer les gens, les rééduquer, et surtout, nous. Il faut aussi punir les gens et les clubs”, a-t-il insisté.

Si agressif, “ne joue plus”

Source link Si agressif, “ne joue plus”

Back to top button