Technologie

Tardigrades et calmars envoyés dans l’espace

Tardigrade agrandi à l’écran. La taille de cet animal est de 0,2 mm. (WALTRAUD GRUBITZSCH / DPA / MAXPPP)

Début juin, 128 calmars et près de 5 000 tardigrades ont quitté la Terre à bord de SpaceX, la navette de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS). Thomas Pesquet et ses collègues astronautes ont collecté ces fascinants petits animaux pour réaliser quelques expériences.

Le premier est de mesurer les effets de l’espace et de l’apesanteur sur les micro-organismes qui colonisent les humains et les animaux. Les astronautes ont exposé certains de ces petits calmars à des bactéries, puis ont congelé toute la colonie. À leur retour sur Terre, les calmars sont décongelés pour analyse. On pense que les microbes maintiennent les systèmes digestif et immunitaire en bonne santé, et les vols spatiaux affectent ces microbes, ce qui en fait une expérience essentielle pour les hommes, en particulier les astronautes. Comment? C’est l’objet de cette recherche sur le calmar. Lorsqu’ils en sauront plus, les scientifiques pourront développer des techniques pour protéger la santé des astronautes qui effectuent de longues missions spatiales.

Les tardigrades, de moins d’un millimètre, sont d’incroyables créatures sous-marines. Il ressemble à un petit grain de beauté à six pattes. C’est l’animal le plus tolérant au monde et peut être immergé dans de l’hélium liquide à -272°C ou chauffé à plus de 150°C. Il est complètement déshydraté et peut être ravivé avec une goutte d’eau après 30 ans.

Les astronautes tentent de comprendre quels gènes peuvent survivre dans ces conditions extrêmes. S’ils découvrent ces astuces tardigrades, ils pourront les transposer aux hommes pour améliorer ses conditions de vie. Ce saut spatial n’est pas la première fois pour ces petites bêtes, car elles l’étaient à bord d’un vaisseau spatial israélien qui s’est écrasé sur la lune en 2019. Certains scientifiques pensent qu’ils sont encore en vie !

Tardigrades et calmars envoyés dans l’espace

Source link Tardigrades et calmars envoyés dans l’espace

Back to top button