Santé

Veran l’accuse de s’opposer à la prolongation du débat parlementaire

Les protestations ont été vives à l’Assemblée nationale ce mercredi au début d’un demi-cycle de débat sur un projet de loi visant à prolonger le pass sanitaire et à imposer la vaccination forcée aux soignants.

Le projet de loi controversé sur la santé du gouvernement, dont l’examen a commencé mercredi, a créé un défi féroce au Parlement. Olivier Véran, qui est dans le demi-cycle, l’a ironiquement accusé de s’opposer à la prolongation du débat.

“Il y a un virus. Si le virus peut nous voir, il sera très content et se versera une petite bière. Pour être honnête, nous sommes français et des mesures pour protéger les établissements publics Face aux protestations des agents, j’ai tout frappé. nuit, toute la nuit avant d’ajouter.

“Le gouvernement est un choix”

En réponse aux propos d’Eric Chotti au nom du premier député des Alpes Maritimes, Olivier Véran a assuré sa conviction qu’il était “honnête”.

“Je n’aime pas les parcours de santé. Je n’aime pas les sociétés où nous sommes obligés d’exiger des parcours de santé. Le problème, ce sont les décisions et les besoins, M. Vice. La gouvernance est un choix et parfois un choix. C’est ce que nous détestons, c’est le courage dans Il ne s’agit pas de prolonger le débat en nous disant que c’est de notre faute si l’obstruction du Congrès est.

“Courage” exigé des Français

Le ministre de la Santé a ensuite prononcé quelques mots sur ceux qui ne voulaient pas se faire vacciner.

« Ceux qui hésitent à vacciner, nous disons : « La vaccination est importante pour vous et les autres », c’est le courage que nous attendons des Français. Il est courageux de demander à un représentant national de nous accompagner. Pas dans nos convictions, mais dans les choix nécessaires pour protéger les Français”, a-t-il ajouté.

“Entre deux mauvaises solutions, le confinement et la voie, je choisis la voie. Voyons quel sera votre choix”, conclut Olivier Véran.

“Mascarade”

Le projet de loi, âprement contesté dans la rue par les franges publiques, a été émis par Emmanuel Macron le 12 juillet à l’encontre des soignants munis d’un pass sanitaire (montrant vaccination complète, tests négatifs récents ou vaccination) et traduit l’annonce d’obligations vaccinales. Cafés, restaurants et trains à partir de début août.

Doit être embauché le week-end. Un vrai sprint législatif qui frustre l’opposition.

LR, LFI, PS et PC ont condamné les termes du débat alors que plus de 1 100 amendements ont été déposés en séance. C’était une « mascarade » et critiquait Ugo Bernalicis (LFI).

« Nous commençons à lutter contre la montre », a expliqué Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission juridique.

Les parlementaires ont adopté le texte de la Commission tôt le matin après 12 heures de débat et d’examen d’environ 600 amendements.

Veran l’accuse de s’opposer à la prolongation du débat parlementaire

Source link Veran l’accuse de s’opposer à la prolongation du débat parlementaire

Back to top button